2 avril 2002

Le 11 septembre revu et corrigé: Qui sont les vrais responsables?


Bonjour!

Avec ce qui se passe en ce moment au Proche Orient, il peut sembler inapproprié de revenir encore sur les événements du 11 septembre. Néanmoins, ce qui s'est réellement passé alors, un sujet qui fait toujours l'objet de nombreuses interrogations parmi les nombreuses personnes qui ne se satisfont pas de la version officielle reprise sans critique approfondie par la vaste majorité des médias, peut nous donner une perspective différente et nécessaire sur le conflit de plus en plus violent qui secoue la Terre Sainte. Encore une fois, les observations rapportées ci-après indiquent que les pseudo attentats terroristes du 11 septembre étaient en fait des coups montés de toute pièce par ceux-là même qui ont fait adopter à la vapeur un train de lois des plus répressives visant à doter les pouvoirs militaires et industriels qui contrôlent nos gouvernements de la capacité de réprimer sans merci toute tentative de s'opposer à leurs visées de domination mondiale. Ces mêmes pouvoirs, complices actifs de la répression sanglante du peuple palestinien, ont donné carte blanche à l'armée israélienne pour entreprendre ce qui ressemble de plus en plus aux méthodes de nettoyage ethnique pour lequelles Slobodan Milosewich fait maintenant face à la justice internationale.

Pour le moment il semble difficile d'imaginer que la cabale internationale qui s'acharne à étendre son empire à la planète entière puisse un jour cesser ses activités destructrices et malveillantes. Pourtant j'ai confiance qu'en dépit de tout, le David de l'Esprit d'amour inconditionnel qui s'affirme au coeur des êtres triomphera ultimement du Goliath de la Terreur universelle qui dans un dernier sursaut s'accroche encore à l'illusion de son pouvoir.

Le Bien triomphe toujours du Mal à la fin.

Jean Hudon
Coordonnateur du Réseau Arc-en-ciel de la Terre
http://www.cybernaute.com/earthconcert2000

P.S. Jetez un coup d'oeil au http://www.artistique-web.com/flagorneur.html - Vous en serez ravi(e)!

Et si vous arrivez à comprendre l'anglais, lisez ces 2 autres compilations envoyées plus tôt aujourd'hui...

The X-Files #12: Kafkaesque, Grotesque and Downright Putrid --- Webposted at
http://www.cybernaute.com/earthconcert2000/Archives2002/XFiles12.htm

... où vous apprendrez notamment que l'attentat suicide de Netanya qui a donné le prétexte à Ariel Sharon de lâcher à nouveau son armée sur les Palestiniens serait en fait un coup monté perpétré par un groupe israélien secret appelé "Stern Gang". Il y est également question des micro-puces électroniques qui peuvent être injectées lors d'une vaccination et qui offrent la possibilité de contrôler totalement les moindres faits et gestes de la population. La Chine s'y intéresse...

Media compilation #60: Ethnically Cleansing Palestine?
http://www.cybernaute.com/earthconcert2000/Archives2002/MediaCompilation60.htm

... où vous découvrirez notamment toute l'horreur des exactions commises par l'armée israélienne pour terroriser et soumettre les Palestiniens, en violation de la 4e Convention de Genève sur la Protection des civils en temps de guerre. Une visite au site de médias indépendants de Jérusalem au http://www.jerusalem.indymedia.org vous tiendra au fait des plus récents développements, à mesure qu'ils se produisent.

UNE DERNIERE NOTE IMPORTANTE: Vous recevrez sous peu une invitation de ma part à venir participer au Festival du solstice que j'organise ici du 19 au 23 juin prochain. Je suis à traduire l'annonce déjà diffusée en anglais la semaine dernière et disponible au http://www.cybernaute.com/earthconcert2000/Archives2002/1stSolsticeFestival.htm


CONTENU

1. Contre-enquête sur l'attaque du Pentagone
2. 11 septembre 2001 : traduction d'une analyse géniale
3. L'effroyable imposture: Le premier livre d'enquête indépendante sur le 11 septembre
4. Irak et Palestine: Bush veut juste gagner du temps
5. L’important dans la vie...




1.

De : http://permanent.nouvelobs.com/cgi/mail/qobs_test?rub=etranger&cle=20020314.OBS3972&date=

11 SEPTEMBRE 2001

Contre-enquête sur l'attaque du Pentagone

Le Réseau Voltaire, une association de défense de la liberté d'expression, publie une contre-enquête troublante sur l'attentat du 11 septembre contre le Pentagone à Washington, qui met en cause la thèse officielle de l'avion-suicide.

Le président et fondateur du Réseau Voltaire, Thierry Meyssan, publie cette semaine une contre-enquête (déjà disponible sur le site internet du Réseau) sur l'attaque terroriste du 11 septembre 2001 contre le Pentagone: "L'Effroyable imposture" (Editions Carnot). Sa thèse est la suivante: aucun avion ne s'est écrasé ce jour-là sur le département militaire américain.

L'enquête se fonde sur les photos diffusées par les autorités militaires américaines puisqu'"aucune chaîne de télévision, ni photographe indépendant, n'a été autorisé à filmer la scène du crash dans les instants qui ont suivi l'attentat". Elle souligne qu'aucun débris d'avion n'a été retrouvé, hormis un phare et une boîte noire, trois jours après les faits.

Thierry Meyssan explique qu'"étant donné la taille de l'avion et sa vitesse minimale de vol, on comprend mal comment il peut avoir provoqué si peu de dégâts" dans le bâtiment du Pentagone. D'après les photos des premiers secours, "l'appareil a troué la façade au niveau du rez-de-chaussée" et "on constate que les étages supérieurs ne sont pas touchés". Ils se sont effondrés par la suite. "Bien que le poids du Boeing approche les 100 tonnes et que sa vitesse à l'atterrissage soit au minimum de 400 km/h, seul le nez de l'avion s'est encastré dans le Pentagone, pénétrant le premier anneau" du bâtiment. "La carlingue et les ailes sont restées à l'extérieur du bâtiment. Les réservoirs de kérosène, contenus dans les ailes, ont dû prendre feu. En effet, ce carburant n'est pas explosif, mais inflammable."

L'explication de Washington selon laquelle "l'avion s'est désintégré sous le choc" est donc "ridicule", affirme Thierry Meyssan.

Hypothèse

Quid des témoins? Selon lui, les rares témoins oculaires directs sont liés par leurs fonctions officielles, donc suspects. En outre, toujours selon Thierry Meyssan, les témoignages des pompiers ne permettent pas de confirmer la thèse officielle.

Thierry Meyssan dit avoir travaillé avec une vingtaine de personnes, reçu des menaces, mais aussi des soutiens, y compris aux Etats-Unis. Il n'affirme pas avoir trouvé de vérité définitive sur la réalité des événements du 11 septembre au Pentagone, mais soupçonne un groupe militariste au sein de l'US Air Force d'avoir provoqué une explosion dans le bâtiment dans une tentative de manipulation pour justifier le renforcement des moyens militaires américains. (N.O.)

PLUS SUR LE SUJET SUR LE SITE AU http://www.reseauvoltaire.net




2.

De : http://www.reseauvoltaire.net/actu/imposture.htm

L'effroyable imposture
Le premier livre d'enquête indépendante sur le 11 septembre

Le livre de Thierry Meyssan, président du Réseau Voltaire, sort le 11 mars en librairie. Il est publiée aux éditions Carnot.

Les autorités états-uniennes ont tenté de faire accroire que les dégâts, survenus le 11 septembre 2001 au Pentagone, seraient dus au crash d'un Boeing. Ce mensonge a servi à cacher que l'attentat a été perpétré par des personnes habilitées à circuler dans l'enceinte du Pentagone et qu'il avait pour objectif non pas le département de la Défense en général, mais le nouveau Centre de commandement de la Navy.

Les autorités américaines ont identiquement menti pour masquer l'existence et l'activité illégales de la base secrète de la CIA installée dans le World Trade Center. Surtout, elles se sont employées à occulter les négociations conduites le 11 septembre par le président George W. Bush avec les conjurés et l'accord qu'ils ont conclu. Avec l'aide de leur agent, Oussama Ben Laden, elles ont détourné la tristesse et la colère de l'opinion publique vers des boucs émissaires étrangers.

Dans "L'Effroyable imposture", Thierry Meyssan révèle les secrets du 11 septembre. Il analyse le déplacement du pouvoir dans l'appareil d'État américain et la croissance vertigineuse des budgets militaires. Il dénonce les enjeux cachés de la Guerre d'Afghanistan et les opérations secrètes de la "Guerre au terrorisme". À lire absolument pour comprendre la dérive du pouvoir américain.




3.

From: "BAILLAIS.DENISE" <BAILLAIS.DENISE@wanadoo.fr>
Subject: Fw: 11 septembre 2001 : traduction d'une analyse géniale.
Date: Wed, 20 Mar 2002

Bonjour à toutes et à tous,

Voici quelques extraits d'une analyse des événements du 11 septembre 2001, signée par Steve Grey. J'espère qu'ils vous donneront envie de lire cette analyse complètement. Car Steve Grey se préoccupe de points que j'avais négligés ou dont je n'étais pas au courant, et qui, à la lecture, sont très convaincants. S'il vous plaît, lisez cette analyse au complet. Je pense que vous ne le regretterez pas !

---

11 sept : BUSH ET CHENEY SONT IMPLIQUÉS !

Preuve accablante que les attentats terroristes du 11 septembre aux Etats-Unis ont été organisés, du moins en partie, par les autorités américaines, pour servir de prétexte à une guerre planifiée depuis longtemps en Asie du Sud, et pour porter la plus grave atteinte aux libertés civiles en Occident depuis l'époque fasciste.

Cette preuve vient en quatre temps :

1. La preuve que le plan d'agression contre l'Afghanistan était déjà en place bien avant le 11 septembre.
2. Un regard scrutateur sur les événements du matin du 11 septembre, démontrant que les instances suprêmes des autorités américaines ont sciemment laissé se produire ces attentats.
3. Les relations étroites entre la famille Bush, la famille Ben Laden et la CIA.
4. Diverses contradictions dans les comptes rendus officiels, et nombre d'événements suspects.

UN

Niaz Naik, un ancien diplomate pakistanais, affirme qu'à la mi-juillet [2001] des hauts fonctionnaires américains lui ont dit qu'une attaque contre l'Afghanistan avait été prévue pour la mi-octobre au plus tard, avant la période des neiges. (rapport de la BBC, George Arney, 18 septembre 2001).

http://news.bbc.co.uk/hi/english/world/south_asia/newsid_1550000/1550366.stm

Suite du chapitre UN (avec d'autres preuves) sur le site

DEUX

Le matin du 11 septembre avait lieu la plus grave crise aéronautique qu'ait jamais connu l'histoire du monde. Avant de poursuivre, il est particulièrement important d'examiner les procédures standards que l'on prend en cas de détournement d'avion, d'approche d'un avion sans autorisation ou non identifié, d'échec des communications, ou de toute autre activité aérienne non programmée, sans se soucier que l'on ait perçu ou non une menace immédiate.

Les forces aériennes sont alertées et des chasseurs à réaction décollent immédiatement. Selon un rapport publié sur un site Web russe, le commandant en chef des forces aériennes russes dit que la réponse à ce genre de situation ne prend pas plus d'une minute. En fait, il disait qu'il aurait été impossible de perpétrer les attentats terroristes du 11 septembre si les procédures normales de sécurité avaient été en place et il ajoutait que la Russie elle-même avait traité facilement une situation similaire qui s'était produite en Russie, bien qu'il ait négligé de fournir des détails.
http://emperors-clothes.com/news/airf.htm

Le but de l'interception est de suivre de très près l'avion et, de ce fait, de fournir des informations exactes sur ses mouvements, éventuellement de garder le contact radio et, si possible, d'en savoir plus sur la situation ou les intentions des pilotes. Elle fournit également la possibilité, mais non l'obligation, de forcer l'appareil à atterrir, ou de l'abattre s'il devient évident que ses intentions sont hostiles.

L'interception en soi n'est pas une manoeuvre agressive. Il existe des signaux standardisés, qui font partie du code de l'aviation, et qu'un pilote des forces aériennes transmet à un appareil de ligne civil quand le contact radio est impossible. Lorsque les pilotes sont hors de leur trajectoire normale et désorientés, le pilote du chasseur les guide afin qu'ils retrouvent leur trajectoire correcte.

Mais les forces aériennes ont également des états de service attestant que, par le passé, elles ont forcé à l'atterrissage ou abattu des avions civils qui se comportaient d'une façon considérée comme un mépris délibérément agressif des régles de vol et susceptible de présenter un danger.

Alors que le résultat final du 11 septembre - de gros appareils de ligne s'écrasant contre des immeubles - est sans précédent, les événements qui ont précédé les crashes font partie de la routine: avions déroutés, non-fonctionnement des transpondeurs, rapports de détournements. De telles situations sont régulièrement traitées par les forces aériennes américaines, et avec une rare efficacité. Normalement, l'interception de ces appareils aurait dû se dérouler selon les règles bien avant qu'il soit manifeste que leurs intentions étaient hostiles.

Ce qui est inhabituel à propos du 11 septembre, c'est que ces procédures normales des forces aériennes, qui sont activées automatiquement et sans qu'il soit besoin de recourir à des autorités de haut niveau, n'ont tout simplement pas été enclenchées. Les procédures de routine ont été laissées de côté pour chacun des appareils impliqués dans les attentats.

Les quatre appareils détournés avaient tous été suivis par les radars des Autorités de l'Aviation Fédérale, et les contrôleurs du trafic aérien partout dans le pays étaient en communication les uns avec les autres. Comme aucun fonctionnaire subalterne n'a autorité à annuler les procédures de routine, leur annulation n'a pu provenir que d'ordres donnés à cet effet par les plus hautes instances.

Suite du chapitre DEUX sur le site

[Note de do : Steve Grey analyse en détail le cas étrange de l'appareil qui a frappé le Pentagone, le vol 77 de United Airlines. Ce cas est particulièrement intéressant, plus évident encore, pour le commun des mortels qui n'y connaissent rien, que le cas des premiers avions, parce que l'armée de l'air a eu trois quart d'heure pour réagir, ce qui est énorme, et qu'elle n'a rien fait !]

Suite du chapitre DEUX sur le site

À la lumière de cette évidence, il s'avère qu'il n'y a pas de base rationnelle ou objective nous interdisant de suggérer, avec un certain aplomb, que les autorités américaines étaient impliquées dans le 11 septembre, et qu'elles avaient prévu l'attaque contre l'Afghanistan bien avant cette date.

La seule base nous permettant de refuser d'agir de la sorte repose sur des parti-pris préconçus, plutôt que sur une réelle tentative d'examiner objectivement l'évidence des faits. Et si c'est pour prétendre que la preuve de collusion est dominée par la conviction de ce qu'aucun pays ne ferait une telle chose à ses propres citoyens, il convient de faire remarquer dans ce cas que la possibilité pour la CIA elle-même d'envisager des attaques terroristes contre des citoyens américains est une question qui figure déjà dans les archives publiques. L'ancien document d'archives, sur l'affaire «Northwoods» révèle qu'en 1962, la CIA considérait avec le plus grand sérieux la possibilité de mener des attaques terroristes contre des citoyens américains, en vue d'en rejeter le blâme sur Cuba. Les plans ne furent jamais mis en application, mais l'option préférée consistait en la destruction en vol d'un avion de ligne civil américain.
http://emperors-clothes.com/images/north-int.htm

Suite du chap 2, et chap 3 et début du 4 sur le site

La principale raison pour laquelle tout ça n'a pas encore sauté aux yeux d'une majorité de personnes, c'est, en dehors de l'influence évidente des médias, que tout le monde a été tellement choqué par la rapidité et la brutalité des événements qu'il était bien difficile d'y voir très clair. En ce qui me concerne, il a fallu une quinzaine de jours pour que le choc s'efface suffisamment, pour que des choses qui auraient dû me paraître évidentes alors, le deviennent effectivement.

---

Les mensonges et les incohérences des versions officielles sont si manifestes que je soupçonne que les personnes qui sont derrière vont avoir besoin d'une stratégie sophistiquée visant à garder les gens dans un constant état de choc, de crainte et de confusion, sans quoi l'évidente vérité va éclater. La campagne de l'anthrax saute aux yeux. Et les fausses alertes permanentes à propos de nouveaux attentats venant de Ben Laden (rappelez-vous la fausse alerte du pont du Golden Gate), et la perpétuelle rumeur totalement infondée sur des attaques biologiques ou nucléaires.

Bientôt, il y aura des attentats dans d'autres pays, accompagnés d'un torrent de propagande à propos des menaces terroristes de n'importe quel scélérat identifié comme étant le dernier criminel en vue et qui doit être pourchassé à tout prix.

Peut-être Ben Laden ne sert-il plus à rien, maintenant, et va-t-il être tué, quoiqu'il soit plus vraisemblable qu'il s'échappe opportunément dans un autre pays, donnant ainsi le prétexte parfait aux Etats-Unis pour l'attaquer.

Tout cela va ajouter à la confusion, à la peur et au détournement d'attention. La balle doit continuer à rouler à tout prix. Si nécessaire, ils peuvent toujours commanditer d'autres attentats terroristes contre leur propre peuple, histoire de renouveler l'état de choc et la peur. Après tout, ils jouent pour les enjeux les plus élevés qui soient. Non seulement pour ce qu'ils tiennent à acquérir, et qui était leur mobile originel, mais aussi, maintenant, vu ce qu'ils ont fait, Bush senior, Bush junior, Cheney, Rumsfeld, Myers et probablement quelques autres aussi, tous sont confrontés à la possibilité d'être mis en accusation pour haute trahison et meurtre, et ils devraient presque à coup sûr encourir des peines de mort.

Je ne suis pas sûr de ce qu'il est possible de faire, mais une première étape consiste en ce que les gens doivent connaître la vérité.

24 décembre 2001 Steve Grey

Pour lire l'article au complet, aller au http://www.cs3i.fr/abonnes/do/ag/383.htm

Ou, si ça ne marche pas, et seulement dans ce cas SVP, alors vous pouvez essayer l'adresse suivante:
http://perso.wanadoo.fr/do/ag/383.htm ou encore : http://www.chez.com/vlr/ag/383.htm


Post Scriptum :

1°) Ça vaut vraiment le coup de lire le texte dont je parle ci-dessus (et ceux ci-dessous aussi, je crois), de le tirer à l'imprimante et de le photocopier en de nombreux exemplaires pour le faire lire à tout le monde! CLIP Et il y a une version en anglais pour le monde non francophone...)

2°) En allant sur mon site, vous trouverez aussi : « Le reichstag brûle », qui date du 12 septembre
http://www.cs3i.fr/abonnes/do/index1.htm

L'intervention 316 en AG, intitulée « À QUI PROFITE LE SPECTACLE DU TERRORISME ISLAMISTE ? », et qui a pour sous-titre : « Il n'y a rien de tel que le son du canon pour couvrir le chuchotement des mutins. » Qui date du 12 octobre 2001.

Et bien sûr mon journal N°59, que j'ai commencé à rédiger dès le 15 septembre 2001 (et qui, maintenant, reprend le texte dont je parle ci-dessus). Dont un des sous-titres est : « NEW YORK A EFFACÉ GENES ! » Qui répond à plusieurs questions, et qui expose la très intéressante manipulation de Guernica : Franco, pour justifier sa prise de pouvoir, avait fait croire aux Espagnols que c'étaient les anarchistes qui avaient brûlé Guernica !




4.

Date: Fri, 22 Mars 2002
Sujet: Irak et Palestine: Bush veut juste gagner du temps
De: Michel COLLON <michel.collon@skynet.be>

Feindre une volonté de paix en Palestine pour faire la guerre en Irak Bush veut juste gagner du temps

Le célèbre reporter britannique Fisk ironise: « Les “visions” reviennent. Quand Bush voulut bombarder l’Afghanistan, il annonça soudain sa “vision” d’un Etat palestinien. Puis, cela disparut de son écran radar. Ca revient. Une résolution de l’ONU évoque “la vision d’une région où deux Etats vivent côte-à-côte”. Mr. Bush aurait-il une autre guerre en tête?»

MICHEL COLLON

Pour dominer le Moyen-Orient, les Etats-Unis s’appuient depuis toujours sur deux pions essentiels. Un porte-avion surarmé, Israël : les plus importants crédits militaires versés à l’étranger. Et un porte-avion économique : l’Arabie Saoudite, chargée de contrôler 60% des pétro-dollars de la région et de les recycler à Wall Street et dans les emprunts US. Sans cette manne, les Etats-Unis, endettés de 445 milliards $ par an, seraient en faillite.

Donc, les Etats-Unis n’ont jamais accepté qu’un Etat du Moyen-Orient puisse tenir tête à Israël. Ils se sont acharnés à briser, l’un après l’autre, l’Iran (coup d’Etat en 1952), l’Egypte de Nasser, puis l’Iran et l’Irak (en les poussant à la guerre entre eux), puis l’Irak de Saddam. Au gré des humeurs et des besoins, Syrie et Libye se retrouvent aussi sur la liste noire. Combinant agressions, provocations et diabolisations, Washington a toujours réussi à diviser la résistance du monde arabe. «95% des Saoudiens soutiennent Ben Laden » Après la chute de l’URSS, profitant du nouveau rapport de forces international, les Etats-Unis et leurs alliés se sont déchaînés pour recoloniser le monde. Premières victimes : un million d’enfants irakiens assassinés par un embargo criminel. Quant aux Palestiniens, on leur imposait l’apartheid et le nettoyage ethnique, rebaptisés «processus de paix».

Mais aujourd’hui, le pillage des ressources des pays arabes et la répression politico-militaire sont de plus en plus contestés. Même en Arabie saoudite : selon le chef des services secrets, «95% des Saoudiens instruits, entre 25 et 40 ans, soutiennent Ben Laden.» Du coup, son pays, ajoute-t-il, «ne supporterait pas une campagne contre l’Irak, ni contre aucun pays arabe ou musulman». Il s’est aussi opposé aux critiques des Etats-Unis contre Arafat. Fin septembre 2001, l’Arabie avait refusé que son territoire serve aux armées US pour attaquer l’Afghanistan. Et, fin janvier, le prince héritier Abdallah critiquait les Etats-Unis pour leur refus de condamner la violence d’Israël.

L’Arabie serait-elle fragile ? Oui. «Le gouvernement saoudien est divisé, admet le Washington Post du 11 mars, entre factions favorisant la collaboration avec les Etats-Unis – notamment à cause des profits économiques et du renforcement de leur propre pouvoir – et factions qui s’opposent à l’engagement aux côtés de l’Occident.»

Comment expliquer cette évolution d’un pays réputé docile ? D’abord, la crise économique profonde a poussé les multinationales à augmenter sans cesse leurs marges propres, réduisant d’autant la part laissée aux classes dominantes locales, et ce en diverses régions économiques-clés. La forte chute du prix du pétrole a réduit ces revenus. Ensuite, la résistance palestinienne a mis sous pression les régimes arabes pro-occidentaux. Les masses arabes se retrouvent face à une misère croissante, y compris dans les « bastions » pro-US. Ainsi, en Arabie saoudite, le PIB par habitant est passé de 16.000 $ par an dans les années 80 à 7.000 $ aujourd’hui. 35% des hommes y sont sans emploi. Contestés, ces régimes se retrouvent obligés de tenir davantage compte de la révolte de leurs peuples face aux agressions contre les Palestiniens et les Irakiens. Une résolution qui ne règle rien… L’objectif immédiat de Bush, c’est de pouvoir déclencher la guerre contre l’Irak. Pour cela, il lui faut un cessez-le-feu pour se présenter comme « les défenseurs de la paix en Palestine ». Juste un cessez-le-feu, pas une vraie solution. Car la récente résolution 1397 ne règle rien : elle appelle à «cesser les actes de violence, y compris les actes de terreur », alors que la résistance palestinienne est légitime. Elle ne réclame pas le retrait israélien des territoires occupés. Elle se tait sur le retour des millions de Palestiniens chassés de leurs terres. La « vision » bushienne veut juste gagner du temps. Une fois l’Irak brisé, Washington pourrait relancer l’offensive contre les Palestiniens et contre toute force arabe trop indépendante.

Voici donc la nouvelle manœuvre. D’une part, on tentera d’embarquer les Palestiniens dans un nouveau round de négociations, interminables et stériles. Pendant ce temps, la tournée de Cheney multipliera les pressions sur les Européens et les Arabes afin de pouvoir attaquer l’Irak et y imposer les marionnettes US.

L’influente revue US Foreign Affairs prône une « invasion terrestre de l’Irak» car «une campagne aérienne à l’afghane» ne suffirait pas. Elle se plaint : certains pays laissent tomber l’embargo, «Saddam risque de se renforcer » et la Chine vient de construire un réseau de communications par fibres optiques en Irak. Solution coloniale classique : «Une fois le pays conquis, les Etats-Unis se retrouvaient « propriétaires » d’un pays de 22 millions d’habitants (…) Les occupants auraient à décider de la composition du futur gouvernement.» C’est l’unité qui crée le rapport de forces Pourquoi Bush veut-il attaquer l’Irak sans traîner ? A cause de ses dix années de résistance. Mauvais exemple au moment où Bush déclare au monde une guerre globale. En commençant par l’Irak, l’Iran et la Corée, mais en avertissant que la liste sera complétée plus tard. D’ailleurs les nouvelles armes nucléaires menacent aussi la Syrie, la Libye, la Russie et la Chine !

Il est important de relier la solidarité avec la Palestine à la lutte contre toutes les guerres d’agression, et en premier celle menaçant l’Irak. Certains pensent préférable de séparer les cas des deux pays. L’Europe serait prête à traiter avec les Palestiniens devenus « respectables » tandis que l’Irak…

Dangereuse illusion : l’Union Européenne est le partenaire commercial n° 1 d’Israël, donc elle pourrait faire plier celui-ci si elle le voulait réellement. Si elle ne le fait pas et n’arrête pas non plus l’embargo criminel contre l’Irak, c’est qu’elle partage la volonté des Etats-Unis d’imposer la domination des multinationales occidentales.

La seule chose qui fasse reculer les dirigeants économiques et politiques du capitalisme, c’est le rapport de forces. Que seules peuvent créer la lutte et la mobilisation internationale. Les Palestiniens ont su commencer à le modifier. Ce n’est pas le moment de changer de cap.

Pour améliorer le rapport de forces, il importe d’internationaliser l’Intifada, organiser des actions concrètes de soutien aux Palestiniens et aux Irakiens, élargir le mouvement antimondialisation en un mouvement anti-guerre. Exiger que l’Europe lève immédiatement toutes sanctions contre l’Irak et, par contre, sanctionne immédiatement Israël en supprimant sa clause de partenaire commercial privilégié.

14 mars 2002




5.

From: Steeve & Agnès NYATEPE-COO PARADIS <efoe@club-internet.fr>
Subject: L’important dans la vie...
Date: Thu, 21 Mar 2002

Un jour, un vieux professeur de l'Ecole Nationale d'Administration Publique fut engagé pour donner une formation sur la planification efficace de son temps à un groupe d'une quinzaine de dirigeants de grosses compagnies nord-américaines. Ce cours constituait l'un des 5 ateliers de leur journée de formation. Le vieux prof n'avait donc qu'une heure pour passer sa matière.

Debout, devant ce groupe d'élite (qui était prêt à noter tout ce que l'expert allait enseigner), le vieux prof les regarda un par un, lentement, puis leur dit : "Nous allons réaliser une expérience ".

De dessous la table qui le séparait de ses élèves, le vieux prof sortit un immense pot de verre qu'il posa directement en face de lui.

Ensuite, il sortit environ une douzaine de cailloux à peu près gros comme des balles de tennis et les plaça délicatement, un par un, dans le gros pot. Lorsque le pot fut rempli jusqu'au bord et qu'il fut impossible d'y ajouter un caillou de plus, il leva lentement les yeux vers ses élèves, leur demanda : " Est-ce que ce pot est plein ? " Tous répondirent : "oui ". Il attendit quelques secondes et ajouta : " vraiment ? "

Alors, il se pencha de nouveau et sortit de sous la table un récipient rempli de gravier. Avec minutie, il versa ce gravier sur les gros cailloux puis brassa légèrement le pot. Les morceaux de graviers s'infiltrèrent entre les cailloux...jusqu'au fond du pot. Le vieux prof leva à nouveau les yeux vers son auditoire et demanda : "Est-ce que ce pot est plein ? ". Cette fois, ses brillants élèves commençaient à comprendre son manège. L'un d'eux répondit : "probablement pas ! " "Bien! "répondit le vieux prof.

Il se pencha de nouveau et cette fois, sortit de sous la table une chaudière de sable. Avec attention, il versa le sable dans le pot. Le sable alla remplir les espaces entre les gros cailloux et le gravier. Encore une fois, il demanda : " Est-ce que ce pot est plein? ". Cette fois, sans hésiter et en coeur, les brillants élèves répondirent : "non! ". "Bien! " répondit le vieux prof. Et comme s'y attendaient ses prestigieux élèves, il prit le pichet d'eau qui était sur la table et remplit le pot jusqu'à ras bord.

Le vieux prof leva alors les yeux vers son groupe et demanda : "quelle grande vérité nous démontre cette expérience? " Pas fou, le plus audacieux des élèves, songea au sujet de ce cours, répondit : " cela démontre que même lorsqu'on croit que notre agenda est complètement rempli, si on le veut vraiment, on peut y ajouter plus de rendez-vous, plus de choses à faire ". Non répondit le vieux prof. "Ce n'est pas cela ".

La grande vérité que nous démontre cette expérience est la suivante : " Si on ne met pas les gros cailloux en premier dans le pot, on ne pourra ensuite, jamais les faire entrer tous ".

Il y eut un profond silence, chacun prenant conscience de l'évidence de ces propos. Le vieux prof leur dit alors: "Quels sont les gros cailloux dans votre vie ?"

- Votre santé
- Votre famille
- Vos amis
- Réaliser vos rêves
- Faire ce que vous aimez
- Apprendre, aimer, servir...

"Ce Qu'il faut retenir, c'est l'importance de mettre ses GROS CAILLOUX en premier dans sa vie sinon on risque de ne pas réussir sa vie. Si on donne priorité aux peccadilles (le gravier, le sable), on remplira sa vie de peccadilles et on n'aura plus suffisamment de temps précieux à consacrer aux éléments importants de sa vie.”

Alors n'oubliez pas de vous poser à vous-même la question : Quels sont les GROS CAILLOUX DANS MA VIE?

Le vieux professeur salua son auditoire et lentement quitta la salle.







RETOUR LA PAGE D'ACCUEIL DE CE SITE