26 avril, 2002

Wésak, OGM et suivi sur le 11 septembre


Bonjour à tous et à toutes

Voici pour vous différents textes qui m'ont semblé dignes de notre attention collective, dont notamment la Méditation du Wésak à la faveur de la pleine lune du Taureau qui aura lieu dans quelques heures. Plus de détails ci-dessous et en anglais au http://www.lucistrust.org/events/wesak.shtml

Le prochain Focus de méditation suivra demain.

Jean Hudon
Coordonnateur du Réseau Arc-en-ciel de la Terre
http://www.cybernaute.com/earthconcert2000

P.S. Je vous recommande aussi la lecture d'un excellent texte que j'ai déjà diffusé le 4 avril 2000, soit une synthère du livre "Wésak, l'Heure de la Réconciliation" et qui est disponible au http://www.cybernaute.com/earthconcert2000/Initiative&Wesak.htm

Et voici un texte complémentaire à ce sujet

Le festival du Wésak est le festival du Bouddha, l’intermédiaire spirituel entre le plus haut centre spirituel, Shamballah, et la Hiérarchie. Le Bouddha est l’expression de la sagesse de Dieu, l’incarnation de la Lumière et le témoin du dessein divin. La date de ce festival est liée chaque année avec la pleine lune du Taureau; c’est le plus grand festival de l’Orient.

Les Forces de l’illumination sont actives à l’époque de ce festival. Elles émanent du coeur de Dieu; elles sont reliées à la compréhension divine et peuvent atteindre et soutenir celles et ceux qui aiment et servent leur prochain. Cette énergie transmet le second principe de la divinité, l’amour-sagesse; le Bouddha et le Christ en sont deux remarquables expressions.

- Tiré d’un texte anglais diffusé par le Lucis Trust (poursuivant l’oeuvre de l’auteure spirituelle Alice Bailey) au http://www.lucistrust.org/meetings/fullmoon/flyer/2002wesak.shtml

Le point culminant de la pleine lune du Taureau se produit le 26 avril, à 11:01 pm Heure avancée de l’Est, correspondant à 3:01 GMT le 27 avril et 4:01 am Heure de l’Europe centrale

À noter aussi: Certaines personnes suggèrent aussi de faire une méditation/prière de 20 minutes ce samedi, 27 avril pour la paix entre Israël et la Palestine, sur la base du fait que les émotions et pensées positives conjuguées d'un grand nombre de personnes ont un effet sur ce que ressentent et pensent les personnes concernées par ce qui se passe au Proche Orient. Le début de cette méditation suggérée est à 9 pm en France, soit 3 pm au Québec.


CONTENU

1. Méditation pour le Wésak
2. Le Choix du Président : l'expérience génétique « décadente »
3. Commentaire sur le 11 septembre revu et corrigé
4. Qui a commandité les attentats du 11 septembre?
5. Le Budapest palestinien




1.

From: Mayr Hans <jeannot.mayr@saia-burgess.com>
Subject: Méditation pour le Wésak
Date: Thu, 25 Apr 2002

Voir le texte complet pour le Wésak communiqué par Murella et diffusé sur le site http://perso.wanadoo.fr/ciel-a-la-terre/FR/Wesak2002.htm

En voici un extrait:

(...) Ce jour là, s'il y a suffisamment de monde pour ancrer cette Lumière et cet Amour Christique, vous pourrez voir (très légèrement) une couleur dorée le lendemain, dans la luminosité de votre atmosphère. Vous pourrez ressentir un Amour différent, un autre état d'être, une plus grande confiance, une plus grande force. Vous pourrez aussi ressentir des certitudes qui enlèveront des doutes par rapport à vous-même, par rapport à la vie. Cette année, il est très important que vous ancriez le plus possible la Lumière et l'Amour Christiques, parce que votre Terre va de plus en plus s'élever vers sa dimension future. Votre Terre est en train de renaître à elle-même, comme chacun d'entre vous est également de renaître à lui-même.

Vous n'avez pas conscience du travail qui s'accomplit en vous et autour de vous. Vous avez l'impression d'être passif dans cette existence, parfois même inutile, alors que vous avez une grande utilité. Il faut que vous compreniez que votre corps physique est également le support d'un être extraordinaire, celui qui travaille de concert avec les êtres solaires pour permettre à la Lumière d'inonder ce monde. La partie physique de votre être aide à ancrer la Lumière dans le physique, et les parties subtiles de votre être aident à ancrer la Lumière et l'Amour Christiques dans les parties subtiles de la Terre et de tout ce qui vit. Même si vous n'avez pas conscience du travail que vous accomplissez, sachez que les parties divines de votre être, les parties éthérées que vous ne pouvez encore concevoir, travaillent considérablement à la transformation de la Terre. Vous êtes le terminal d'une extraordinaire machine d'énergie et d'Amour, le terminal en tant que corps physique. Nous espérons que vous comprenez ce que nous voulons vous dire.

Le soir du Wésak, nous vous demandons de vous mettre en méditation entre 21 heures et 21 heures 30, et de vous isoler autant que possible. Avant, il est expressément demandé que vous preniez une bonne douche, une douche physique. Lorsque vous prendrez cette douche, essayez de visualiser tous vos problèmes, toute votre négativité qui part dans cette eau, afin que vous soyez le plus propre possible, au sens physique et au sens énergétique, pour recevoir cet Amour et cette Lumière. Le mieux serait de porter des vêtements qui serrent le moins possible pour que les énergies ne soient pas comprimées à un endroit quelconque du corps. Que ceux qui le feront le fassent avec un vêtement qui ne serre absolument pas. Ensuite mettez-vous en méditation, reliez-vous au Soleil, essayez de visualiser tous les Etres Solaires qui viennent aider la Terre, et de tout votre coeur, de toute votre âme, dîtes que vous êtes, vous aussi, disponible pour aider à ancrer la Lumière et l'Amour, que vous êtes disponible pour vous relier à cet Amour.

Lorsque vous serez dans cette totale disponibilité, vous ancrerez tout d'abord la Lumière blanche, et ensuite, lorsque vous vous sentirez complètement disponible pour ancrer cette Lumière, lorsque vous vous sentirez le plus pur possible, vous visualiserez la Lumière et l'Amour Christiques, la Lumière dorée. Vous visualiserez que vous devenez totalement doré, comme les Etres Solaires, que vous devenez Lumière dorée, et petit à petit vous visualiserez que tout, autour de vous, prend cette coloration dorée, que tout, autour de vous, s'épure, se transforme, que la planète elle-même commence à devenir de plus en plus lumineuse. Vous sentirez la joie de votre Mère la Terre, car pendant quelques secondes vous aller entrer en totale harmonie avec elle, vous ressentirez et vous entendrez sa voix, le chant qui émane d'elle, et également sa joie. Le but de ce Wésak, cette année, est de se relier à la Terre et d'avoir conscience que le Soleil vient féconder la Terre en vue de cette nouvelle naissance, en vue de cette nouvelle humanité. Toute vie doit se préparer à cette fécondation, afin qu'elle puisse renaître à autre chose, à une autre conscience, à un autre idéal, à une autre vie, à un autre amour.

CLIP - Lire le reste au http://perso.wanadoo.fr/ciel-a-la-terre/FR/Wesak2002.htm




2.

From: eric.darier@yto.greenpeace.org
Date: Thu, 18 Apr 2002

Le Choix du Président : l'expérience génétique « décadente »

Montréal,18 avril 2002 - Dès 8h15 des militants de Greenpeace manifestaient devant le siège social de Loblaws-Provigo-Maxi au Québec (où travaillent environ 1200 employés et cadres supérieurs) pour forcer le retrait des OGM dans leurs supermarchés.

Un emballage géant de biscuits Décadent d'une des marques maison connue a été confectionné avec la mention suivante - Le Choix du Président : l'expérience génétique décadente. Des militants ont tendu une bannière de près de 3 mètres sur laquelle on peut lire : Qu'est-ce qu'on nous cache ? Étiquetage obligatoire des OGM.

Greenpeace exige trois choses de Loblaws :

Comme mesure intérimaire, que l'entreprise commence immédiatement à étiqueter les produits contenant des OGM ;
Qu'elle retire tous les ingrédients contenant des OGM de toutes les marques maison de Loblaws, Provigo et Maxi telles que les marques Sans Nom et Le Choix du Président ;
Qu'elle avertisse tous ses fournisseurs qu'elle va progressivement cesser d'acheter les produits contenant des OGM.

Loblaws et Cie représentent le tiers du marché alimentaire canadien et environ 38 % du marché québécois. Loblaws est en mesure de contrôler la production alimentaire et pourrait choisir de retirer les OGM de ses rayons. Mais l'entreprise refuse non seulement de le faire mais elle dit non à l'étiquetage obligatoire des aliments contenant des OGM et interdit à ses fournisseurs d'apposer les étiquettes mentionnant que leurs produits ne contiennent pas d'OGM », explique Éric Darier, responsable de la campagne OGM pour Greenpeace. De nombreux magasins en Europe comme Carrefour et Marks and Spencer ou Trader Joe's et WholeFoods aux États-Unis ont déjà retiré les OGM de leurs produits. Loblaws, Provigo et Maxi pourraient faire de même.

« En mars dernier, l'entreprise canadienne annonçait le retrait des pesticides chimiques de la gamme des produits d'horticulture vendus par les chaînes de magasins Loblaws, Provigo et Maxi. Or, elle continue de vendre des produits alimentaires contenant des OGM malgré les incertitudes scientifiques et les risques pour l'environnement et la santé humaine. Le gouvernement Chrétien a voté contre l'étiquetage obligatoire et a fait reporter aux calendes grecques une étude sur les OGM soumise au Comité de la santé de la Chambre des communes Cela démontre clairement que le gouvernement et les industries agroalimentaires ont quelques choses à nous cacher », de conclure Éric Darier.




3.

From: "E. LeFrançois" <fleurettem@hotmail.com>
Subject: Re: Le 11 septembre revu et corrige: Qui sont les vrais responsables? --- Disponible au http://www.cybernaute.com/earthconcert2000/Archives2002/11septembre.htm
Date: Sat, 6 Apr 2002

La terre est pleine de gens qui partent des rumeurs de toutes sortes et ils se trouve toujours quelqu'un pour les écouter et les propager. Quelle tristesse! Je ne suis pas un admirateur des États-Unis, loin de là et n'approuve pas ce qui se passe au Proche-Orient, j'étudie l'histoire depuis une cinquantaine d'années et je ne me fie pas toujours aux sources approuvées par la société, mais je vois que malgré votre bonne volonté vous êtes tombés dans le panneau et que vous avez oublié que la base de l'enseignement est sourde à la rumeur; j'ai été très surpris de sentir de la haine et un jugement indigne de gens qui disent vivre dans l'amour inconditionnel. Je sais que nous vivons une époque difficile, mais nous devons demeurer fermes dans l'amour : le jugement et la condamnation ne sont pas compatibles avec cet amour inconditionnel. J'ai trouvé ce message dans le courrier de ma femme et je l'ai lu puisque je recevais vos messages avant de changer mon adresse de courriel. Il va sans dire que je ne vous donnerai pas ma nouvelle adresse, je ne veux pas prendre part à une campagne de haine basée sur des rumeurs.

E. LeFrançois


ET MA RÉPONSE FUT:

Cher M. LeFrançois

Je comprends votre désarroi et croyez-moi bien lorsque je vous dis que je ne cherche nullement à attiser la haine à l'égard de qui que ce soit. Je ne juge ni ne condamne personne car tel n'est pas mon rôle. L'histoire s'en chargera.

Sachez toutefois que je ne suis tombé dans aucun panneau. J'ai reçu et diffusé en anglais depuis le 11 septembre des centaines de pages d'une foule de sources et il n'y a aucun doute dans mon esprit que la fable du grand terroriste Bin Laden responsable avec ses sbires des attaques à l'avion kamikaze est une pure fabrication. Bin Laden est à l'emploi de la CIA (le chef d'antenne de la CIA à Dubai a d'ailleurs rendu visite à ce dernier dans sa chambre d'hôpital quelques semaines avant le 11 septembre) et tout cela est un coup monté soigneusement préparé pour imposer au monde la guerre en Afghanistan (pour sécuriser le passage d'un pipeline destiné à l'exportation d'une partie du pétrole de la Mer Caspienne), celle qui aura peut-être lieu en Irak (pour y installer un régime servant les intérêts du grand capital), et toute la série de lois anti-terroristes grâce auxquelles toute dissidence trop active contre la mondialisation pourra sans peine être éliminée.

Je ne vous demande pas de me croire. Si vous comprenez l'anglais, tapez-vous les centaines de pages archivées depuis le 11 septembre au http://www.cybernaute.com/earthconcert2000 et vous arriverez aux mêmes conclusions que moi - en autant bien sûr que vous consentez à accorder foi aux enquêtes journalistiques et autres sources diverses que j'ai compilées.

Pour ce qui est de demeurer fermement ancré dans l'amour, c'est là une pratique que j'ai fait mienne depuis des années. Mais cela ne signifie pas qu'il faille aussi fermer les yeux sur les actes répréhensibles que des gens guidés par d'autres valeurs posent chaque jour en ce monde. Tout comme le signal d'alarme d'une douleur indiquant un problème de santé nécessitant notre attention, la diffusion de renseignements révélateurs sur les dessous de certains événements et certaines décisions politiques et économiques peut servir à alerter la conscience humaine collective de l'urgence de corriger certains situations inacceptables allant à l'encontre du plus grand Bien de tous.

Bien à vous

Jean

VOICI QUELQUES RESSOURCES RÉCENTES POUR QUI VEUT APPROFONDIR CE SUJET

CANADA'S VANCOUVER SUN ARTICLE BLOWS THE 9-11 STORY WIDE OPEN !!
http://www.indymedia.org/front.php3?article_id=140623

APFN - OPERATION 911 COUP AND COVERUP UPDATE (Mon Apr 8)
http://disc.server.com/discussion.cgi?id=149495&article=23058

The 9-11 bombings Are Crimes Against Humanity
http://www.ratical.org/ratville/CAH/

The September 11 "Grand Coup" - Serious allegations by French author http://www.whatmatters.nu/wmemails/wmemails15.html#WM-80

BBC TELEVISION INDICTS BUSH / CIA IN 9-11 TERROR COMPLICITY:
http://news.bbc.co.uk/olmedia/cta/progs/newsnight/attack22.ram




4.

Recommandé par "Gildas Boisrobert" <gildas.boisrobert@wanadoo.fr>

De : http://www.reseauvoltaire.net/actu/ligue-arabe.htm

Conférence de Thierry Meyssan sous les auspices de la Ligue arabe

Qui a commandité les attentats du 11 septembre?

Nous reproduisons ci-dessous le texte de la conférence prononcée par Thierry Meyssan, le 8 avril 2002, au Centre Zayed, à Abu Dhabi (Émirats arabes unis), sous les auspices de la Ligue arabe, en présence du corps diplomatique et de la presse internationale. Cette intervention a été suivie de questions et réponses qui sont en cours de transcription et de traduction.

Votre Grandeur, Excellences, Mesdames, Messieurs,

Dès les premières minutes qui suivirent le premier attentat contre le World Trade Center, des officiels ont suggéré à la presse que le commanditaire en était Oussama Ben Laden, le paradigme du fanatisme oriental. Peu après, le tout nouveau directeur du FBI, Robert Mueller III, a nommément accusé dix-neuf kamikazes et a requis tous les moyens de son agence et des services de renseignement pour traquer leurs complices. Le FBI n'a donc jamais procédé à une enquête, mais a coordonné une chasse à l'homme qui a pris, aux yeux du public américain, l'allure d'une chasse à l'Arabe. Au point que des excités ont agressé, voire tué, des Arabes qu'ils considéraient naïvement comme collectivement responsables des attentats.

Il n'y a pas eu non plus d'enquête du Congrès. Celui-ci a renoncé à exercer sa fonction constitutionnelle à la demande de la Maison-Blanche, prétendument pour ne pas porter atteinte à la sécurité nationale.

Il n'y a pas eu non plus d'enquête de la presse. Celle-ci a été convoquée à la Maison-Blanche et sommée de s'abstenir de toute investigation pour ne pas nuire à la sécurité nationale.

Si nous analysons les attentats du 11 septembre, nous remarquons d'abord qu'ils sont plus vastes que ne le reconnaît la version officielle :

1) Nous ne connaissons que l'implication de quatre avions, alors qu'il fut un moment question de onze avions. Au demeurant, l'examen des délits d'initiés commis en marge des attentats montre des spéculations à la baisse sur trois compagnies d'aviation : American Airlines, United Airlines et KLM Royal Deutch Airlines.

2) Nous n'avons pas intégré l'attentat commis à l'annexe de la Maison-Blanche, le Old Executive Office Building (dit "bâtiment Eisenhower"). Pourtant, la chaîne ABC a diffusé en direct, le matin du 11 septembre, des images d'un incendie ravageant les services de la présidence.

3) Nous n'avons pas non plus pris la mesure de l'effondrement d'un troisième immeuble à Manhattan, indépendamment des Twin Towers. Ce troisième immeuble n'avait pas été touché par un avion. Il a pourtant été lui aussi ravagé par un incendie avant de s'effondrer à son tour à la suite d'une cause inconnue. Ce building abritait la principale base secrète de la CIA dans le monde. L'agence y consacrait ses moyens au renseignement économique au détriment du renseignement stratégique et au grand dam du lobby militaro-industriel.

Si nous nous penchons sur l'attentat commis au Pentagone, nous constatons que la version officielle est un énorme mensonge.

Selon le département de la Défense, un Boeing 757, dont on avait perdu la trace au-dessus de l'Ohio aurait traversé 500 kilomètres sans être repéré. Il serait entré dans l'espace aérien du Pentagone et serait descendu sur la pelouse de l'héliport, aurait rebondi sur celle-ci, aurait brisé son aile droite contre un groupe électrogène, aurait frappé la façade au niveau du rez-de-chaussée et du premier étage, se serait entièrement engouffré dans le bâtiment, et s'y serait entièrement consumé, ne laissant d'autres restes que deux boîtes noires inutilisables et des fragments de corps des passagers.

Il est évidemment impossible qu'un Boeing 757 puisse échapper pendant 500 kilomètres aux radars civils, aux radars militaires, aux avions de chasse lancés à sa poursuite, et aux satellites d'observation qui venaient d'être activés.

Il est également impossible qu'un Boeing 757 entre dans l'espace aérien du Pentagone sans être détruit par les cinq batteries de missiles qui protègent le bâtiment.

Lorsqu'on observe les photographies de la façade, prises dans les quelques minutes qui suivirent l'attentat, avant même que les pompiers civils d'Arlington n'aient eu le temps de se déployer, on n'observe aucune trace de l'aile droite en feu devant la façade, ni aucun trou dans la façade ayant permis à l'avion de s'engouffrer dans le bâtiment.

Sans crainte du ridicule, le département de la Défense affirme que les réacteurs en acier trempé se seraient dématérialisés sous l'effet du choc, sans pour autant endommager la façade. L'aluminium du fuselage serait entré en combustion à plus de 2 500° Celsius à l'intérieur du bâtiment et se serait gazéifié, mais les corps des passagers qu'il contenait auraient si peu brûlés qu'ils auraient été pu être ultérieurement identifiés grâce à leurs empreintes digitales.

Répondant aux journalistes à l'occasion d'une conférence de presse au Pentagone, le chef des pompiers a indiqué qu'il ne subsistait "aucun débris volumineux de l'appareil", "ni morceau de fuselage, ni rien de cette sorte". Il a déclaré que ni lui, ni ses hommes, ne savaient ce qu'il était advenu de l'appareil.

L'étude des photographies officielles de la scène de l'attentat, prises et diffusées par le département de la Défense, montre qu'aucune partie du Pentagone ne porte de stigmate d'un impact imputable à un Boeing 757.

Il faut se rendre à l'évidence : il est impossible que l'attentat commis le 11 septembre au Pentagone, tuant 125 personnes, l'ait été au moyen d'un avion de ligne.

La scène de l'attentat ayant été dévastée dès le lendemain par les travaux immédiatement entrepris, on ne dispose que d'éléments partiels pour reconstituer l'événement. Ces éléments convergent vers une hypothèse unique qu'il n'est pas possible de valider avec certitude.

Un contrôleur aérien de Washington a témoigné avoir observé au radar l'apparition d'un engin volant à environ 800 kilomètres/heure, se dirigeant initialement vers la Maison-Blanche, puis opérant un virage très brutal vers le Pentagone où il se serait écrasé. Ce contrôleur a attesté que les caractéristiques du vol ne pouvaient être que celles d'un engin militaire.

Plusieurs centaines de témoins ont indiqué avoir entendu " un bruit strident comparable à celui d'un avion de chasse ", aucunement à celui d'un avion civil.

Des témoins oculaires ont indiqué avoir observé "quelque chose comme un missile de croisière avec des ailes" ou encore un engin de petite taille, "comme un avion pouvant contenir 8 à 12 personnes".

L'engin a pénétré dans le bâtiment sans causer de dégâts importants sur la façade. Il a traversé plusieurs anneaux du Pentagone, ouvrant dans chaque cloison qu'il traversait un trou toujours plus large. L'orifice final, de forme parfaitement circulaire, mesurait environ 1,80 mètre de diamètre. En traversant le premier anneau du Pentagone, l'engin a provoqué un incendie, aussi gigantesque que soudain. Des flammes immenses sont sorties du bâtiment en léchant les façades. Elles se sont retirées aussi vite, laissant derrière elles un nuage de suie noire. L'incendie s'est propagé dans une portion du premier anneau du Pentagone et dans deux couloirs perpendiculaires. Il a été si soudain que les protections anti-incendie n'ont pas eu le temps d'être activées.

Tous ces témoignages et ces observations pourraient correspondre au tir d'un missile de la dernière génération du type AGM, muni d'une charge creuse et d'une pointe en uranium appauvri de type BLU, guidé par GPS. Ce type d'engin a l'apparence d'un petit avion civil, mais ce n'est pas un avion. Il produit un sifflement comparable à celui d'un avion de chasse, peut être guidé avec suffisamment de précision pour entrer par une fenêtre, perce les blindages les plus résistants, et provoque -indépendamment de son effet de percement- un incendie instantané dégageant une chaleur de plus de 2000° Celsius.

Ce type d'engin est développé conjointement par la Marine et l'Armée de l'air. Il est tiré d'un avion. L'engin qui a été utilisé au Pentagone a détruit la partie du bâtiment dans laquelle le nouveau centre de commandement de la Navy était en cours d'installation. À la suite de cet attentat, le chef d'état-major de la Navy, l'amiral Vern Clark, n'a pas rejoint la salle de commandement du National Military Joint Intelligence Center comme les autres officiers d'état-major, mais a quitté précipitamment le Pentagone.

Qui pouvait donc tirer un missile de la dernière génération sur le Pentagone ? La réponse nous est apportée par les confidences d'Ari Fleischer, porte-parole de la Maison-Blanche, et de Karl Rove, secrétaire général de la Maison-Blanche, auprès de journalistes du New York Times et du Washington Post. Des confidences que les intéressés ont eux-mêmes démenties dix-huit jours plus tard, prétextant s'être mal exprimés sous le coup de l'émotion.

Selon ces proches de George W. Bush, le Secret Service a reçu au cours de la matinée un appel téléphonique des commanditaires des attentats, probablement pour poser des exigences. Pour créditer leur appel, les assaillants ont révélé les codes secrets de transmission et d'authentification de la présidence. Or, seules quelques personnes de confiance, situées au sommet de l'appareil d'État pouvaient disposer de ces codes. Il s'ensuit qu'au moins un des commanditaires des attentats du 11 septembre est un des dirigeants, civil ou militaire, des États-Unis d'Amérique.

Pour créditer la fable des terroristes islamistes, les autorités américaines ont imaginé des kamikazes.

Bien qu'il soit possible à des personnes organisées d'introduire des armes à feu dans des avions de ligne, les kamikazes auraient utilisé comme seules armes des cutters. Ils auraient appris à piloter des Boeing 757 en quelques heures de simulateur et seraient devenus meilleurs pilotes que des professionnels. Ils auraient ainsi pu réaliser sans hésitation des manœuvres d'approche complexe.

Le département de la Justice n'a jamais expliqué comment il avait établi la liste des kamikazes. Les compagnies d'aviation ont indiqué le nombre exact de passagers dans chaque avion et des listes incomplètes de passagers ne mentionnant pas les personnes embarquées au dernier moment. En contrôlant ces listes, on observe que les noms des kamikazes n'y figurent pas, et que le nombre de passagers non identifiés n'est que de trois dans le vol 11 et que de deux dans le vol 93. Il est donc impossible que les dix-neuf kamikazes aient tous été embarqués. Au demeurant, plusieurs des personnes mises en cause se sont depuis manifestées. Le FBI maintient pourtant que les pirates de l'air ont été identifiés sans possibilité d'erreur, et la divulgation d'informations complémentaires comme les dates de naissance rend toute homonymie improbable. À ceux qui douteraient, le FBI apporte une preuve ridicule : alors que les avions ont brûlé et que les Twin Towers se sont effondrées, le passeport de Mohammed Atta aurait été miraculeusement retrouvé intact sur les ruines fumantes du World Trade Center.

L'existence de pirates de l'air, ceux-ci ou d'autres, nous est attestée par des coups de téléphone que les passagers auraient passés à leurs familles et aux autorités. Malheureusement, ceux-ci ne nous sont connus que par ouï-dire et n'ont pas été publiés, même lorsqu'ils auraient été enregistrés. Il n'a pas été possible de vérifier qu'ils aient été effectivement passés de tel ou tel téléphone mobile, ou de tel ou tel téléphone de bord. Là encore, nous sommes sommés de croire le FBI sur parole.

Au demeurant, il n'était pas indispensable de disposer de pirates de l'air pour réaliser ces attentats. La technologie Global Hawk, développée par l'US Air Force, permet de prendre le contrôle d'un avion de ligne malgré l'équipage et de le guider à distance.

Reste l'épouvantail Oussama Ben Laden. Si l'on admet qu'il fut collaborateur ou agent de la CIA durant la guerre contre les Soviétiques en Afghanistan, on tente de faire croire qu'il se serait retourné et serait devenu l'ennemi public n° 1 des États-Unis. Cette fable ne résiste pas, elle non plus, à l'analyse. Le quotidien français, Le Figaro, a révélé qu'en juillet dernier, Oussama Ben Laden était hospitalisé à l'hôpital américain de Dubaï, où il reçut notamment la visite du chef de poste CIA. La chaîne américaine CBS a révélé que, le 10 septembre, Oussama Ben laden était sous dialyse à l'hôpital militaire de Rawalpindi, sous la protection de l'armée pakistanaise. Et le grand reporter français, Michel Peyrard -qui fut prisonnier des taliban- a raconté comment Oussama Ben Laden vivait ouvertement à Jalalabad, en novembre, tandis que les USA bombardaient d'autres régions du pays. Au demeurant, peut-on croire que la plus grande armée du monde venue l'arrêter en Afghanistan n'y soit pas parvenue, tandis que le mollah Omar aurait échappé à l'armada américaine en s'enfuyant à mobylette ?

Au vu des éléments que je viens de vous présenter, il apparaît que les attentats du 11 septembre ne sont pas imputables à des terroristes étrangers issus du monde arabo-musulman -même si certains exécutants peuvent être islamiques-, mais à des terroristes américains.

Au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, la Résolution 1368 du Conseil de sécurité des Nations Unies a reconnu "le droit inhérent à la légitime défense individuelle ou collective conformément à la Charte" et a stipulé : "Le Conseil de sécurité appelle tous les États à travailler ensemble pour traduire en justice les auteurs, organisateurs et commanditaires de ces attaques terroristes et souligne que ceux qui portent la responsabilité d'aider, soutenir et héberger les auteurs, organisateurs et commanditaires de ces actes devront rendre des comptes".

Si l'on souhaite répondre à l'appel du Conseil de sécurité, appliquer la Résolution 1368 et punir les vrais coupables, le seul moyen de les identifier avec précision serait de constituer une commission d'enquête, dont l'indépendance et l'objectivité soient garanties par les Nations Unies. Ce serait aussi le seul moyen de préserver la paix internationale. En attendant, Votre Grandeur, Excellences, Mesdames, Messieurs, les actions militaires extérieures des États-Unis d'Amérique sont dépourvues de fondement légitime en droit international, qu'il s'agisse de leur action récente en Afghanistan ou de leurs actions annoncées en Iran, en Irak et dans de nombreux autres pays.


Pour plus de détails voir au http://www.reseauvoltaire.net/index-11sept.htm où vous pourrez notamment lire:

La thèse de l'ennemi intérieur
Une dissidence terroriste au coeur de l'appareil militaire américain ?

A qui profite le crime ?
Les liens financiers occultes entre les familles Bush et Ben Laden

Opération Northwoods
Quand l'état-major américain planifiait des attentats contre sa population

Le "Pearl Harbor spatial"
L'attentat contre le World Trade Center avait été anticipé




5.

De : http://www.ledevoir.com/public/client-old/news-webviewc41d.html?newsid=9277

Le Budapest palestinien

Israël répète la bévue que les Soviétiques avaient commise en intervenant en Hongrie en 1956

Albert Legault

Le vendredi 05 avril 2002

En assiégeant le quartier général de Yasser Arafat à Ramallah, Israël vient de commettre une grave erreur: celle de croire que l'on peut asseoir un empire expansionniste sur la base de la force et de décisions autoritaires. Les Soviétiques avaient commis la même bévue en intervenant en Hongrie en 1956. On sait ce qu'il advint de cet empire par la suite. Arafat accuse les États-Unis d'avoir donné le feu vert à l'opération en échange de la promesse israélienne de lui laisser la vie sauve. Le président Bush a refusé de condamner l'opération en rejetant sur Arafat la responsabilité de la détérioration de la situation. Il aurait pu en faire davantage «il y a trois semaines» et il peut «encore en faire davantage aujourd'hui», a déclaré le président Bush, retiré dans son ranch de Crawford, au Texas, pour le week-end de Pâques. Et si jamais le leader palestinien devait se suicider ou ne pas avoir la vie sauve, entendrions-nous encore le même refrain?
L'éditorial du Monde titre «Non-assistance... » dans son édition du 31 mars. Et il ajoute: «Abandonnés par des responsables sans envergure, deux peuples sont livrés à l'engrenage sanglant d'un affrontement sans fin.» Les responsables ici visés sont manifestement les États-Unis.

Pourquoi? Parce qu'ils ont toujours laissé faire Sharon, «hier comme aujourd'hui», poursuit Le Monde. Le secrétaire général de l'ONU, Kofi Annan, l'a affirmé sur tous les tons: il ne peut y avoir, dans les circonstances actuelles, ni liberté pour les Palestiniens ni sécurité pour les Israéliens.

Deux réalités s'imposent ici. Les Palestiniens et les Israéliens ne peuvent vivre ensemble sur le même territoire. L'histoire le prouve et continue de le démontrer. Or, du côté israélien, on a décidé de tout mettre en place pour faire échouer les accords d'Oslo, humilier l'Autorité palestinienne et démanteler ce qui pouvait exister de son infrastructure virtuelle. Ariel Sharon a aussi rejeté du revers de la main le plan saoudien présenté à Beyrouth. Il arrive 35 ans trop tard, aurait-il déclaré! La première réalité est qu'il faut revoir la carte en «peau de léopard» dessinée à Oslo pour une autre carte qui permettra aux Palestiniens de cesser de vivre dans des «territoires occupés». En d'autres mots, il faut séparer et reloger ailleurs les belligérants, policer un no man's zone et prévoir une aide économique qui restaurera un semblant de vie économique pour la Palestine arabe. Le scénario, malheureusement, est trop beau. Pour le mettre en oeuvre, il faudrait passer sur le dos d'Ariel Sharon.

La deuxième vérité est aussi simple. Les priorités de Washington ne vont pas à Jérusalem mais à Bagdad. Quant à la sympathie des États-Unis pour la cause arabe, les priorités sont claires. Lors de sa tournée au Proche-Orient, le vice-président américain Dick Cheney aurait déclaré au ministre de la Défense israélien, Binyamin Ben-Eliezer, qu'en ce qui le concernait, Arafat pouvait aller «se pendre». Ces propos du journal israélien Yediot Aharonot rapportés dans le Washington Post dans son édition du 31 mars donnent froid dans le dos. Les événements récents viennent de lier indissolublement la question palestinienne et la volonté américaine d'en découdre avec Bagdad. L'interrogation se déplace inévitablement. Peut-on régler un conflit sans l'autre? La réponse est non.

CLIP - Lire le reste au http://www.ledevoir.com/public/client-old/news-webviewc41d.html?newsid=9277







RETOUR LA PAGE D'ACCUEIL DE CE SITE