PUISSE LA PAIX RƒGNER SUR TERRE


2 juillet 2005

Compilation express: Live8 - Meatrix - Front Vert - Info/désinfo


Bonjour !

Comme je désire vous faire partager ce que je viens de diffuser à toutes mes listes anglaises concernant le show télévisé international Live8 en cours présentement - désolé de ne pouvoir vous offrir une version française par manque de temps - je vous fais suivre ce matériel avec quelques autres textes et informations en français ayant récemment capté mon attention.

Je vous rappelle une fois de plus que pour demeurer informé-e des nouveaux Focus de méditation régulièrement diffusés, il vous suffit se passer régulièrement prendre connaissance au http://www.aei.ca/~cep/home.htm des nouveaux thèmes proposés. Celui qui est en cours en ce moment - et pour encore 2 autres dimanches est :

HEALING MOTHER EARTH - Guérir la Terre-mère (non disponible en français)
http://www.aei.ca/~cep/MeditationFocus132.htm

Bon été à tous!

Jean Hudon
Coordonnateur du Réseau Arc-en-ciel de la Terre
http://www.EarthRainbowNetwork.com
et du Groupe focalisateur
http://www.aei.ca/~cep/GroupeFocal.htm

P.S. Pour ceux et celles que la chose pourrait intéresser, ma voisine Monika Schnug - Téléphone: 418-272-3115 - désire vendre sa maison le plus rapidement possible. Sa vaste demeure, qui fut la première maison bâtie sur la terre des Plateaux en 1975, est également une auberge rustique attirant chaque année de nombreuses personnes désireuses de découvrir notre belle région (1000 nuitées assurées au minimum avec l'achalandage actuel). Veuillez la contacter directement pour plus de renseignements à ce sujet. Pour connaître le contexte - l'écovillage des Plateaux - voir au http://www.earthrainbownetwork.com/Plateaux1975-2003.htm


Cet envoi est archivé au http://www.earthrainbownetwork.com/Archives2005/Compilexpress.htm


CONTENU

1. LIVE8 - THE BIGGEST SPIRITUAL EVENT EVER - JOIN IN WITH MEDITATION, PRAYER AND HEALING
2. L'animation " The Meatrix" est à présent traduite !!!
3. Lettre du front vert
4. Information ou désinformation?


À voir absolument!

Site du défi pour la Terre
http://www.defipourlaterre.org/

Immunité Mortelle
http://www.hyperbare.ca/fr/dossiers/immunite_mortelle.html
Article écrit par le courageux Robert F. Kennedy Jr., avocat et environnementaliste engagé,
publié en anglais le Jeudi 16 Juin 2005 - Lorsqu'une étude a révélé que le mercure contenu dans les vaccins pour enfants pourrait avoir causé l'autisme chez des milliers d'enfants, le gouvernement s'est empressé de camoufler les données - mais aussi d'empêcher les parents de poursuivre les compagnies pharmaceutiques pour leur rôle dans l'épidémie. Recommandé par Jakina Déom jakina.deom@cgocable.ca>




1.

LIVE8 - THE BIGGEST SPIRITUAL EVENT EVER - JOIN IN WITH MEDITATION, PRAYER AND HEALING

Hello!

Just to make sure all of you are aware of what is happening today...

This is a uniquely historic event and tuning in spiritually as all have the power to do will assist in shifting consciousness towards greater compassion, unity amongst all our brothers and sisters, and a greater outpouring of Love for all humans and all sentient beings!

In service to the Light

Jean Hudon
Focus Group Facilitator
http://www.aei.ca/~cep/focusgroup.htm
and Earth Rainbow Network Coordinator

This Special LIVE8 Update is archived at http://www.aei.ca/~cep/LIVE8Update.htm

The following is an excerpt from "The Big Scoop Series #4: Shifting Sands for the US in a Fast Shifting Global Awareness" archived at
http://www.earthrainbownetwork.com/Archives2005/BigScoop4.htm

From: William Bloom info@williambloom.com>
Date: 28 June 2005
Subject: LIVE8 - THE BIGGEST SPIRITUAL EVENT EVER - JOIN IN

Please circulate

LIVE8 - THE BIGGEST SPIRITUAL EVENT EVER - JOIN IN WITH MEDITATION, PRAYER AND HEALING

This Saturday's Live8 Concert will be the biggest spiritual event that humanity has ever experienced.
  
This is an extravagant claim, but two things are for certain. First, never before in the history of humanity have so many people been involved in a single shared experience. Second, the core of the experience is both celebratory and moral - 'spiritual' by any other name.
  
The figures and reality of the event are impressive and worth repeating. Live8 will be the biggest broadcast ever, with more than 5.5 billion people able to tune in through a variety of media. The global population today stands at 6.5 billion which means that 85 per cent of all people will be able to watch or listen to the concert. This surpasses the previous 2004 record of the 3.9 billion people who watched the Olympic Games.
  
No matter how cynical some may be about its showbiz buzz, the whole happening can be positively described as contemporary collective religion and spirituality at its best. It has all the features of great worship. Song, rhythm and noble ideals.
  
Whether it is the Gregorian chant of Christian monks, hymn singing, tribal and pagan dance, Buddhist mantras, Islamic song-prayers or one of the many other cultural forms - throughout history, in all times and places, people have come together to share their spirituality through music.
  
Today the shared music of our globe is rock and pop.
  
This Saturday the congregation is almost everyone on the planet.
  
Global, collective worship.
  
And the event has depth - the depth of true meaning, compassion and relevance. It is concerned with the suffering and deaths of millions of children and adults, condemned by a poverty that can be remedied. It will raise consciousness and open hearts.
  
It is fully engaged in social and political realities, bringing direct pressure to bear on the 8 world leaders who will meet in Scotland for the G8 summit and who have the opportunity now to increase aid, release debt and create a global trading system that is fair, immediately saving lives that are otherwise slaughtered by our gods of uncaring commerce and power politics.
  
But as a spiritual event, Live8 will also carry atmosphere and energy. It will call in and transmit love, compassion and connection. Anyone who remembers the LiveAid concert of 20 years ago, or the opening and closing of the last Olympic games, will remember the powerful emotion and energy of those events.
  
This Saturday, then, is also an opportunity for prayer, meditation and healing.
  
There is occasion here for everyone to participate. As well as being enthusiastic supporters and spectators, we can also give co-creative spiritual engagement. Whatever the event appears to be on the outside, in the inner world it also has immense power.  During the worldwide concert, we can pray and meditate for global healing and justice for all the world's people.

We can call for and send healing.

We can increase our commitment to a life style that harms no one and no being.
  
Religion by religion there is a common myth that their saviour will return and lead humanity to a better world, to heaven on earth. This is an old model, a hope dependent on a single leader. Today's world is more democratic, less hierarchical. There is the possibility that humanity as a whole can manifest its spirituality and love of freedom. As with the fall of the Berlin Wall or the response to the Tsunami disaster, the heart and passion of humanity can manifest in enormous group events.

As we know every few seconds a child dies of extreme poverty. A lost life, a devastated family. I cannot live with this any more. Most of us cannot bear it.
  
Linked by the global communications network, linked by our shared prayers and meditations, let this coming Saturday truly be the greatest spiritual event ever. Let it move and transform the hearts of all of us, manifesting practically in a transformed world.
  
Enjoy the party. Anchor the passion. Heal the world.

William Bloom

-------

LATEST NEWS ON LIVE 8

From: http://news.yahoo.com/s/ap/20050702/ap_on_en_mu/live8;_ylt=A86.I0rBw8ZCc14BBRSs0NUE;_ylu=X3oDMTA3b2NibDltBHNlYwM3MTY-

Live 8 Makes Its Way Around the World

By JILL LAWLESS, Associated Press Writer

July 2, 2005

LONDON - Bono effortlessly worked the crowd. Pink Floyd were sharing a stage for the first time in two decades. And Bill Gates was treated like a rock star. Live 8's long, winding road around the globe Saturday was an eclectic, unprecedented extravaganza.

From Johannesburg to Philadelphia, Berlin to Tokyo, Rome to Moscow, hundreds of thousands gathered for a global music marathon to pressure the world's most powerful leaders to alleviate African poverty at the Group of Eight summit next week.

Organizer Bob Geldof promised to deliver "the greatest concert ever."

Paul McCartney and U2 opened the flagship show of the free 10-concert festival in London's Hyde Park with a rousing performance of "Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band." A thunderous roar erupted from the crowd of about 150,000 as the two iconic rock stars belted out the first line: "It was 20 years ago today..." — a nod to the mammoth Live Aid concerts that raised millions for African famine relief in 1985.

Bono, dressed in black and wearing his trademark wraparound shades, wrapped the crowd around his finger, enticing tens of thousands to sing along to the anthemic "One" and "Beautiful Day." The crowd cheered when a flock of white doves was released overhead.

"So this is our moment. This is our time. This is our chance to stand up for what's right," Bono said.

"We're not looking for charity, we're looking for justice. We cannot fix every problem, but the ones we can, we must."

After a brief delay — testament to the complexities of the eight-hour London extravaganza — Coldplay soothed the crowd with their hit "In My Place."

Geldof appeared onstage to introduce Microsoft billionaire and philanthropist Gates, whom the crowd greeted with a rock star's roar.

"We can do this, and when we do it will be the best thing that humanity has ever done," Gates said.

Later in the day, the London crowd was promised Madonna, The Who and the reunited Pink Floyd, giving their first public performance since 1981.

Geldof, who announced the Live 8 gigs just over a month ago, said "thousands of millions" of people were watching on television and the Internet around the world.

"There's nothing more to do now," he said backstage. "It's either crap or it's great. And so far it's great."

The day's first concert kicked off in Japan, where Bjork and Good Charlotte joined local bands for a show that failed to generate much interest in Asia's only G-8 nation. Iceland's Bjork made her first live performance in two years. But the crowd of 10,000 people was only half of what the hall in the Tokyo suburb of Makuhari was capable of holding.

"People are willing to go out of their way, because we believe passionately in what this is about," said Bjork. "Just the acknowledgment of the problem is an important step."

Live 8 then rolled on to Johannesburg, South Africa, where 24-year-old Zambian singer Lindiwe opened before a crowd of about 500 people that was expected to swell to 40,000. Former President Nelson Mandela was expected to address the crowd.

Johannesburg and a concert featuring African artists in southwestern England were organized following criticism that African artists had been left out of the Live 8 concerts, despite the event's aim to raise awareness of the continent's plight.

"Africans are involved in helping Africa, which doesn't happen too often," Cameroonian singer Coco Mbassi said before the England concert. "We're presenting a different image of Africa — showing that Africa has good things to give."

German crowd-pleasers Die Toten Hosen kicked off Berlin's show with a string of power anthems while reminding revelers that helping Africa stood above the music.

"This is no rock concert, it's a reminder about next Wednesday," singer Campino told the crowds, referring to next week's G-8 meeting in Scotland.

In an open letter to the G-8 leaders, which appeared in several British newspapers Saturday, Geldof said the summit will disappoint the world if it fails to deliver an extra $25 billion in aid to Africa.

"We will not applaud half-measures, or politics as usual. This must be a historic breakthrough," the letter said. "Today there will be noise and music and joy, the joy of exuberant possibility. On Friday (the end of the summit) there will be great silence as the world awaits your verdict. Do not disappoint us. Do not create a generation of cynics."

London concertgoer Tula Contostavlos, 19, said she was there to see Mariah Carey — and to send a political message.

"Obviously some people are here for just music," she said, "but they're forgetting what's important and what they're here for."

___

On the Net:

http://www.live8live.com

---

Full Coverage on Live 8 at
http://news.yahoo.com/fc/entertainment/live_8;_ylt=A86.I2ztw8ZCx4gAux8nHL8C;_ylu=X3oDMTA2ZGZwam4yBHNlYwNmYw--

News Stories

Welcome to the greatest rock concert in the world'
http://www.guardian.co.uk/arts/live8/story/0,16066,1519729,00.html
"Ladies and gentlemen, it's two o'clock. Welcome to the greatest rock concert in the world." And thus, a few minutes after 2pm, Live 8 began simultaneously at venues in London, Paris, Rome and Berlin.Backstage, Bob Geldof said:" Everything that's rock 'n' roll is ever meant to be is happening now." He admitted that he only finally relaxed once the concert got underway. "There's nothing more to do now - it's either crap or it's great and so far it's great," he told reporters a couple of hours into the blockbusting event. (...) At 5pm Bob Geldof came on stage to announce that over three billion people were watching the event. Over in Philadelphia, events were just beginning, with Will Smith on stage to open the US's Live 8 concert. The actor and singer introduced live link-ups with the crowds in Berlin, Paris and Canada. He spoke of a Declaration of 'Interdependence' and urged the crowds to help end world poverty. "Every three seconds, somebody's son, somebodys' daughter, somebody's future is gone. Dead" he said. "With a stroke of a pen eight men can make a difference and end the misery of millions of people." (...) The first two of the 10 worldwide Live 8 concerts - the world's biggest music event - had begun earlier in Johannesburg, and in Tokyo, where around 10,000 people were watching to a lineup including Bjork and McFly. The Live 8 Concerts will run for 19 hours around the world. The day's final note of music will come from Canadian concert venue Molson Park, Barrie, at 1am tomorrow (British Standard Time); the first concert kicked off this morning in Tokyo at 6am and finished 2pm. In the US, Philadelphia's Live 8 concert at the Benjamin Franklin Parkway will feature Live 8 performers from 5pm (BST) until 11pm. Russia's Live 8 Concert in Red Square, Moscow runs from 5pm to 8.30pm, while South Africa's concert at Mary Fitzgerald Square, Newtown, Johannesburg, began at 11.45am and will close at 6.30pm.The world music gig at Cornwall's Eden Project opened an hour before Hyde Park, and will run until at 11pm. Billions of television viewers around the world are expected to watch today's concerts. (...) The aim of the concerts is to raise awareness of poverty in developing nations in the run-up to the G8 summit, which takes place in Gleneagles on July 6."This is without doubt a moment in history where ordinary people can grasp the chance to achieve something truly monumental and demand from the eight world leaders at G8 an end to poverty," the event's organiser, Bob Geldof, said."The G8 leaders have it within their power to alter history. They will only have the will to do so if tens of thousands of people show them that enough is enough. By doubling aid, fully cancelling debt, and delivering trade justice for Africa, the G8 could change the future for millions of men, women and children." CLIP

Many more related articles on LIVE 8 at the bottom of
http://www.guardian.co.uk/arts/live8/story/0,16066,1519729,00.html

THE LATEST FROM LIVE 8: Updated all day
http://www.bbc.co.uk/music/thelive8event/

AOL Music: LIVE 8
http://music.channel.aol.com/live_8_concert/home

MANY MORE NEWS STORIES AT http://news.yahoo.com/fc/entertainment/live_8;_ylt=A86.I2ztw8ZCx4gAux8nHL8C;_ylu=X3oDMTA2ZGZwam4yBHNlYwNmYw--

-------

OTHER RELATED NEWS

From: http://breakingnews.iol.ie/news/story.asp?j=148108210&p=y48yx89y6

200,000 send out anti-poverty message in Scotland

July 2, 2005

Hundreds of thousands of people joined hands to form a human band around Scotland’s capital today in protest at world poverty.

Organisers claimed 200,000 protesters – twice as many as had been expected - took to the streets of Edinburgh for the Make Poverty History demonstration.

The protest was aimed at putting pressure on G8 leaders meeting at Gleneagles next week.

People from around the world descended on Edinburgh for the demo, thought to be the biggest Scotland has ever seen.

Despite fears of violence, Lothian and Borders Police, who had mounted a massive security operation, said the day was largely trouble free. There was one flashpoint near the city centre when a group of around 60 black-clad protesters were penned into a street by officers after displaying “aggressive behaviour”.

At 3pm the marchers, many dressed in white, stopped and held hands for a minute’s silence, forming a giant circle round the city centre.

The white band is the symbol of the Make Poverty History campaign. Scotland’s First Minister Jack McConnell, who watched the march as it passed onto Princes Street, said: “This is fantastic, it is a great carnival atmosphere and it is a message of hope.”

A huge official Make Poverty History banner hung from the famous castle which overlooks the city centre.

The march through the city streets began in bright sunshine at 12.15pm led by celebrities and campaigners including pop star Daniel Bedingfield, actor Pete Postlethwaite, Bianca Jagger, television presenter Diane Louise Jordan and multi-millionaire businessman Tom Farmer.

Cardinal Keith O’Brien, leader of Scotland’s Catholic church, his English counterpart Cardinal Cormac Murphy-O’Connor, and the Rev David Lacy, Moderator of the General Assembly of the Church of Scotland also took part.

Trumpets and whistles competed with the sound of African drums as the noisy march made its way through the city centre.

Bystanders waved rainbow flags of peace while socialists with red flags chanted “murder, war, poverty, hate, we say shut down G8”.

Among those at the head of the march was Zimbabwean campaigner Amadou Kanoute. He said: “We are at the front here today and that is the right place because Africa has to be put at the front. “It makes me feel so good to see the solidarity in the people here today.”

CLIP

“We are not aware of any arrests and we have to praise in general demonstrators for their good nature. There’s been a real carnival atmosphere.”

Celebrities had rubbed shoulders with church leaders and aid workers at a rally on the Meadows ahead of the march. Organisers claimed that the turnout had exceeded 200,000.

A spokesman said: “Make Poverty History are absolutely delighted with this, to see so many people come to show that they really care.

“We believe more than 200,000 people have been at our rally and march.”
The crowds were welcomed to the event by Edinburgh’s First Citizen, Lord Provost LesleyHinds.

“We will be able to tell our children and grandchildren that we have made a difference on poverty,” she told the throng.

Before launching into song with her band Texas, singer Sharleen Spiteri told the crowd: “You are pretty unbelievable showing up today – I feel very proud to be here.”

Mexican actor Gael Garcia Bernal, who played Che Guevara in the Motorcycle Diaries, later told the crowd: “We have to remember we can make a big change by bringing back politics where it belongs – to us, the people.”

Comedian and actor Eddie Izzard, who introduced acts on stage, said: “This is the centre of the universe.

“There are other things going on today apparently but this is where it is really happening.”

Singer Daniel Bedingfield, who was near the front of the procession through the city, said: “There’s no way to know what this is going to do but I really hope it does change things, because if this cannot make a difference how the heck are you, as an individual person, supposed to make a difference.”

Cardinal O’Brien read out a message from Pope Benedict XVI calling on people in the richest countries to demand action on poverty.

“People from the world’s richest countries should be prepared to accept the burden of debt reduction for heavily indebted poor countries and should urge their leaders to fulfil the pledges made to reduce world poverty especially in Africa by the year 2015,” said the newly elected Pontiff.

Cardinal Murphy-O’Connor, Roman Catholic Archbishop of Westminster told the demonstrators they were part of “a moral awakening.

-------

If this e-mail has been forwarded to you and you wish to subscribe, send a blank email to focus-group-subscribe@yahoogroups.com (English) or to groupe-focalisateur-subscribe@yahoogroups.com (French - inactif en saison estivale)

For more information, please review the material posted by the Global Meditation Focus Group at http://www.aei.ca/~cep/focusgroup.htm
THANK YOU FOR YOUR ASSISTANCE IN PASSING THIS ON TO OTHERS




2.

From: "HAUGLUSTAINE Raymond" raymond.hauglustaine@scarlet.be>
Subject: L'animation " The Meatrix" est à présent traduite !!!
Date: 4 Jun 2005

Conçue tout d'abord en anglais
http://www.themeatrix.com/english-subtitled/

L'animation MEATRIX est à présent traduite en français ! -> http://www.themeatrix.com/french

BRUXELLES, BELGIQUE Meatrix, la parodie militante du film "Matrix", existe à présent en français, espagnol, polonais et catalan (doublage) et en danois, néerlandais, allemand, grec, hongrois, italien, russe et roumain (versions sous-titrées). Découvrez dès maintenant sur -> http://www.themeatrix.com/french la version française de cette vidéo activiste qui a connu un succès international.

Le héros du film est Léo, un petit cochon qui croit vivre dans une jolie petite ferme paysanne. Jusqu'au jour où Meuhpheus, le boeuf en imper et lunettes noires, lui révèle de dérangeantes vérités sur les méthodes de production dans les élevages industriels

La Campagne Meatrix a été lancée par le Centre International d'Information et d'Action pour l'Environnement (GRACE) et Public Citizen. "Nous voulons, grâce au rire, faire prendre conscience au plus grand nombre de la crise grave que traverse notre système d'alimentation," déclare Alice Slater, la présidente de GRACE, l'organisation écologiste américaine qui a co-produit le film avec l'aide de Free Range Graphics. "Au début, les gens rient, et puis ils commencent à réfléchir plus sérieusement sur les méthodes de production des aliments. Des personnes du monde entier nous ont contactés pour nous dire qu'ils avaient profondément changé leur façon de se nourrir après avoir vu le film. »

La Meatrix a gagné plusieurs prix internationaux et a circulé du Canada en Pologne et au Japon. Elle arrive aujourd'hui en Europe accompagnée d'un site Internet -> http://www.themeatrix.com/french/action.html , qui propose des alternatives à l'agriculture industrielle et offre des pistes pour agir individuellement et collectivement. GRACE et Public Citizen souhaitent que cette petite vidéo humoristique et son site Internet soient des outils pour les Européens qui veulent construire une agriculture plus solidaire et plus durable.

Pour Morgan Ody, consultante pour le Programme Alimentation de Public Citizen en Europe, "Nous militons pour une agriculture respectueuse de ses travailleurs et de l'environnement et une alimentation saine accessible à tous. La Meatrix est un moyen ludique de faire passer ces messages. Nous espérons que beaucoup d'Européens auront l'occasion de voir le film et prendrons conscience de l'importance de manger des aliments issus de l'agriculture paysanne de leur région."

Transmis par le Mouvement pour les Droits des Générations Futures: http://WWW.MDRGF.ORG

THE MEATRIX est aussi traduite :

En Espagnol : http://www.themeatrix.com/spanish/

En Italien : http://www.themeatrix.com/italian/

En Allemand : http://www.themeatrix.com/german/

En Néerlandais : http://www.themeatrix.com/dutch/

En catalan : http://www.themeatrix.com/catalan/

En Polonais : http://www.themeatrix.com/polish/

En Danois : http://www.themeatrix.com/danish/

En Hongrois http://www.themeatrix.com/hungarian

En Roumain : http://www.themeatrix.com/romanian/

En Russe : http://www.themeatrix.com/russian/




3.

From: "Mika" mikaours@cgocable.ca>
Subject: Lettre du front vert
Date: 30 May 2005

Bonjour à tous,

J'aimerais vous partager une lettre ouverte que je viens de recevoir de Tommy Montpetit du Front vert de Montréal. Une lettre magnifiquement construite et intelligente, qui je pense pourrait constituer la base d'une belle plate-forme de revendication pour tous les groupes écologiques.

Belle journée,

Ronald-Mika Milot

---

Front Vert

Montréal, 16 mai 2005

M. Jean Charest
Premier Ministre
Édifice Honoré-Mercier
835, boul. René-Lévesque Est, 3 e étage
Québec (Québec)
G1A 1B4

OBJET : Enquête publique indépendante et itinérante sur la gestion des milieux
naturels en terre privée dans le sud du Québec

Monsieur le Premier Ministre,

Le gouvernement du Québec est depuis longtemps conscient des menaces qui pèsent sur les milieux naturels, particulièrement sur les terres humides, et de l’importance de mettre ces îlots de biodiversité à l’abri de la destruction. Les administrations qui se sont succédées au gouvernail de cette province ont élaboré des stratégies, des plans d’action et des politiques, elles ont adopté des lois et des règlements ou modifié des législations existantes afin d’honorer leurs engagements en regard de la protection de la biodiversité et des habitats naturels. La liste des initiatives gouvernementales en ce sens est impressionnante: Plan de développement durable, Stratégie et plan d’action québécois sur la diversité biologique, Politique de l’eau, Politique de protection des rives, du littoral et des plaines inondables, Loi sur la qualité de l’environnement (article 22), Loi sur les espèces menacées ou vulnérables, Loi sur la conservation et la mise en valeur de la faune, Loi sur la conservation du patrimoine écologique, etc.

Devant un tel étalage de principes et d’outils légaux, la population a longtemps cru que notre patrimoine naturel collectif était à l’abri, que le gouvernement veillait à sa protection, comme il se doit. Pourtant, si on en croit les derniers bilans, rien n’est moins sûr. Avec le développement immobilier qui connaît une ascension fulgurante ces dernières années, l’industrialisation de l’agriculture et l’étalement urbain qui se poursuivent, les milieux naturels du Québec méridional disparaissent à un rythme alarmant. Selon une étude récente du ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs (MDDEP), c’est plus de 732 km 2 de forêts qui ont été sacrifiés entre 1995 et 2002 dans les régions de la Montérégie, Lanaudière, Chaudière-Appalaches et du Centre-du-Québec.

Au lieu de diminuer, le taux de déboisement s’est nettement accrû passant de 8000 ha/an avant 1999 à quelque 10 700 ha/an après cette date. Dans plusieurs MRC de la Montérégie, le couvert forestier est maintenant inférieur à 20% alors que dans certaines autres, il a franchi la barre psychologique des 10% et pourrait n’être plus qu’un souvenir d’ici 20 ans. Sur l’Île de Montréal, la construction a fait irrémédiablement disparaître plus de 1000 ha de boisés au cours des quinze dernières années; les espaces naturels n’occupent plus actuellement qu’un maigre 3% du territoire et un grand nombre de ces milieux, incluant des écoterritoires identifiés dans la Politique de protection et de mise en valeur des milieux naturels de la ville de Montréal, sont actuellement menacés d’empiètement. La situation des terres humides n’est guère plus reluisante : dans les basses terres de la vallée du Saint-Laurent, 45 000 km de cours d’eau ont fait l’objet de redressement et 1.5 millions d’hectares de terres ont été drainées causant des pertes inestimables.

S’il a fallu une oeuvre cinématographique pour témoigner de l’étendue et de la gravité du pillage de la forêt boréale, on ne peut prétendre aujourd’hui ignorer le saccage des boisés et milieux humides dans le sud du Québec, saccage qui se déroule littéralement sous nos yeux dans la région la plus populeuse de la province. Cette situation a récemment provoqué une levée de boucliers dans la population et a conduit à l'émergence de groupes locaux opposés au développement sauvage et anarchique qui afflige leur région.

Avec peu de moyens mais beaucoup de conviction, ces gens se sont dressés contre la destruction du boisé du Tremblay à Longueuil, de la tourbière de Saint-Hubert, des bois de La Prairie, de Boucherville et de l’Île des Soeurs, de la Prûcheraie de Sainte-Marthe, de la forêt du Grand Coteau à Rosemère/Lorraine et de celle de la rivière l'Anse à l'Orme, des boisés et milieux humides de l’Île Perrot, de Vaudreuil et d’Hudson, de la Coulée verte du ruisseau de Montigny et de la Coulée Grou, ou encore des tourbières du Small et du Large Tea Field à Saint-Anicet, etc. Sachez, Monsieur le Premier Ministre, que les luttes que vos concitoyens mènent pour préserver notre patrimoine naturel collectif sont autant de combats de David contre Goliath qui les opposent à la fois aux promoteurs, aux administrations municipales, mais également aux ministères du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs (MDDEP) de même qu’à celui des Ressources naturelles et de la Faune (MRNF), ceux-là mêmes qui sont chargés de protéger l’environnement.

On a peine à imaginer toutes les démarches que ces groupes de citoyens ont dû entreprendre pour tenter d’ébranler le bulldozer économique. Il leur a fallu travailler sur tous les fronts : mettre sur pied un réseau de surveillance sur le terrain pour débusquer les promoteurs délinquants et documenter les travaux illégaux (drainage, remblayage, déboisement), assister aux conseils municipaux pour tenter de présenter des alternatives à l’expansion boulimique des villes, argumenter avec des fonctionnaires désabusés, alerter les médias, etc. Exaspérés par les inventaires bâclés réalisés par les consultants des promoteurs, ils en sont venus à recruter des spécialistes et/ou recenser eux-mêmes les milieux afin de mettre en évidence la richesse faunique et floristique et la présence d’espèces rares et menacées. Aucune des nombreuses lettres qu’ils ont fait parvenir au cabinet du ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs et du ministre des Ressources naturelles et de la Faune n’ont véritablement réussi à ébranler la confortable impression que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Plusieurs de ces lettres sont d’ailleurs demeurées sans réponse, il faut le dire. Fatigués de ces batailles inégales, les différents groupes et associations locales ont réalisé qu’il fallait maintenant unir leur force et transporter le débat sur la scène nationale. Le mouvement né de cette réflexion - le Front Vert - a invité la population a une grande manifestation dans les rues de Montréal le 30 avril dernier, laquelle culminait devant vos bureaux, rue McGill College à Montréal.

Fort de l’appui de plus de 20 groupes et associations locales, le Front Vert vous demande aujourd’hui de vous pencher sérieusement sur la gestion des milieux naturels en terre privée dans le sud du Québec, et d’ouvrir une commission d’enquête indépendante chargée de faire toute la lumière sur cette question. Les raisons à l’origine de ce désastre sont complexes et fortement enracinées dans les moeurs politiques et économiques : faiblesse des législations environnementales et laxisme dans leur application, manque de fermeté et de vigilance à l’égard des promoteurs délinquants, culture de compromission érigée en système au sein des ministères chargés de protéger l’environnement, collusion entre promoteurs et administrations municipales à qui le gouvernement transfère de plus en plus de responsabilités en matière de conservation, jemenfoutisme des ingénieurs municipaux vis-à-vis des lois environnementales, éthique douteuse de certaines firmes privées qui n’hésitent pas à déprécier la valeur écologique des milieux convoités par les promoteurs qui requièrent leur service, etc.

Il apparaît évident que ce n’est pas l’ajout de nouvelles législations aussi peu robustes que celles qui existent actuellement qui viendront modifier radicalement les façons de faire dans ce domaine. Ce n’est pas non plus des mesures parallèles, comme ce contrat de cartographie des milieux humides annoncé en grandes pompes le 4 mai dernier, qui permettront de corriger le tir. Au moment de cette annonce, le ministre Mulcair déclarait au journal The Gazette que les pertes de milieux humides dues au développement étaient majoritairement le fait de la méconnaissance de leur localisation précise. En effet, disait-il en substance, l’article 22 de la Loi sur la Qualité de l’environnement (LQE) permet la protection

intégrale de ces milieux. Or, quoiqu’en dise M. Mulcair, et de l’aveu même de ses fonctionnaires, cet article de loi a pris la forme d’un régime d’autorisation plutôt que d’exception, transformant un outil de conservation en une simple formalité administrative, qui contribue à légitimer la destruction des milieux humides. Pourtant, l’objectif initial de cette modification législative, en vigueur depuis 1993, était précisément de réduire les abus à l’égard de ces écosystèmes riches et diversifiés que sont les milieux humides. Dans les faits, les certificats d’autorisation (CA) sont presque toujours accordés au demandeur, que celui-ci en fasse la demande avant ou après le début des travaux. Dans les rares cas où le ministère émet un avis d’infraction, très souvent à la suite de plaintes répétées de citoyens, aucune amende n’est exigée, aucune poursuite n’est engagée et ce malgré les dispositions de la LQE qui prévoient ce type d’actions punitives. Dans les cas extrêmes de refus d’émettre un CA, les menaces de poursuite de la part du promoteur suffisent à faire renverser la décision. La population ne bénéficie pas d’un tel pouvoir d’appel, il va s’en dire; lorsqu’une autorisation est accordée, sa révocation s’avère quasi impossible.

Ce régime encourage chez les divers intervenants une certaine nonchalance vis-à-vis des lois environnementales, qui se manifeste même au sein des professions régies par un code d’éthique, notamment chez les ingénieurs municipaux. Révisant sa position, le ministre Mulcair annonçait il y a quelques jours dans une entrevue exclusive au quotidien Le Devoir qu’un amendement à l’article 22 devra être adopté afin de corriger la situation. Ainsi, l’article 22 revampé interdirait toute destruction de milieux humides dans la province.

C’est avec une certaine prudence qu’il faut accueillir cette nouvelle. En effet, on ne peut s’empêcher d’établir un rapprochement avec l’article 128.6 de la Loi sur la conservation et la mise en valeur de la faune qui à l’origine garantissait une protection intégrale des habitats fauniques : « Nul ne peut, dans un habitat faunique, faire une activité susceptible de modifier un élément biologique, physique ou chimique propre à l'habitat de l'animal ou du poisson visé par cet habitat » peut-on lire dans le texte de loi.

Quant on sait le nombre d’exceptions qui se sont accumulées et qui ont permis de contourner cet énoncé général, on est tenté de croire que pareille manoeuvre sera tentée pour diluer la portée et l’étendue de la protection des milieux humides. Quant à la politique d'aucune perte nette, évoquée par le ministre, le Front Vert craint que l’article 22 amendé - qui veut réaffirmer la volonté de conservation des milieux humides - ne se pervertisse à nouveau pour éventuellement devenir un système de compensation. Ce type d’échappatoire permet actuellement aux promoteurs, en vertu de l’article 35 de la Loi sur les Pêches, de détruire l’habitat du poisson moyennant une compensation des pertes subies. Or, l’expérience démontre qu’il est extrêmement difficile, voire pratiquement impossible, de recréer un milieu naturel. En général, les efforts de compensations, lorsqu’ils se concrétisent, se soldent par un échec.

Sans nier le besoin de dresser un inventaire exhaustif des milieux humides dans le sud du Québec, il apparaît évident que la thèse voulant que ces écosystèmes fragiles soient sacrifiés par ignorance n’est qu’une manière de faire diversion. À preuve, plusieurs des certificats d’autorisation émis récemment en vertu de l’article 22 de la LQE et dont nous avons obtenu copie, indiquent clairement les superficies de milieux humides qui seront détruites par le promoteur pour réaliser ses travaux. Non seulement le ministère est-il parfaitement au courant de la présence des marais, marécages et tourbières qu’il condamne, mais il sait aussi pertinemment les dommages permanents que ces projets de développement infligeront aux espèces en péril pour qui ces habitats sont essentiels. Par exemple, une espèce comme la Rainette faux-grillon de l’Ouest, pourtant désignée en vertu de la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables, voit ses habitats systématiquement détruits avec la bénédiction de ceux-là même qui ont pour mandat d’assurer son rétablissement.

Il faut savoir que l’article 10.2 de cette loi permet de préserver les habitats d’une espèce désignée. Mais, pour la majorité des espèces fauniques, le ministre a choisi de ne pas se prévaloir de cette prérogative et, dans les rares cas où il l’a fait, il en a réduit la portée aux seules terres du domaine public. Résultat : En moins d’un an, les certificats d’autorisation émis par le ministère ont fait disparaître de 10 à 35% des étangs de reproduction de la Rainette faux-grillon de l’Ouest. Victime d’une véritable crise du logement, les experts estiment que l’espèce pourrait bientôt disparaître de la Montérégie si rien n’est fait pour renverser la tendance. Or, nous savons pertinemment que le MDDEP et le MRNF avaient en main les données d’un inventaire exhaustif couvrant l’ensemble de la Montérégie au moment où les décisions d’autoriser le développement ont été prises.

Au cours des dernières années, le gouvernement du Québec n’a cessé de transférer aux municipalités de nouvelles responsabilités environnementales, notamment en matière de conservation des milieux naturels. Ce dernier n’aurait pas agit autrement s’il avait voulu que ses lois, règlements et politiques ne soient pas appliquées et qu’un autre que lui ait à en porter l’odieux. On sait en effet que les revenus des villes proviennent en grande partie des taxes foncières. D’un point de vue strictement économique, les administrations municipales ont donc tout intérêt à développer tout ce qui peut l’être sur leur territoire, à commencer par les boisés qui représentent un attrait indiscutable que les développeurs savent exploiter.

Quand vient le temps de déterminer si l’on doit protéger un milieu naturel ou le sacrifier au développement immobilier ou à l’agriculture, la ville se trouve forcément dans une situation de conflit d’intérêt. Ainsi, en exigeant du maire du Grand Longueuil de délimiter lui-même les secteurs à préserver sur son territoire, le MDDEP a littéralement confié au loup le soin de veiller sur la bergerie. Ajoutons que les administrations municipales sont extrêmement vulnérables aux pressions des promoteurs locaux. L’influence démesurée que ces derniers exercent sur les décisions du conseil municipal est un secret de Polichinelle. Ce copinage constitue d’ailleurs un terreau fertile aux malversations de toutes sortes et contribue au déficit démocratique auquel les citoyens sont confrontés quotidiennement sur la scène municipale. À l’heure actuelle, le sort des milieux naturels est largement déterminé par les rapports de force qui s’exercent localement entre les élus municipaux, les promoteurs et la population. Ce mode de gestion des milieux naturels à la pièce est complètement arbitraire, et par conséquent incompatible avec le plan de conservation global et intégré que souhaitent la plupart des intervenants. Dans le cadre de leurs multiples démarches, les citoyens ont soigneusement documenté ce qu’ils ont vu et entendu. Ils disposent actuellement d’une somme impressionnante de documents - photos, vidéos, enregistrements, avis, rapports – pour appuyer leurs dires. Or, à force de creuser le problème, ils ont acquis la conviction que la gestion irresponsable de notre patrimoine naturel est un scandale qui dépasse largement en conséquence et en gravité les scandales financiers qui soulèvent actuellement les passions.

Si les sommes d’argent détournées frauduleusement peuvent être ultimement récupérées, il en va autrement des marécages, boisés et forêts qui sont perdus à jamais. Bien qu’elles confirment les observations des citoyens, les récentes déclarations du ministre responsable du MDDEP concernant la protection des milieux humides n’en demeurent pas moins troublantes. En effet, comment peut-on expliquer que l’intention initiale du législateur à protéger les milieux humides lorsqu’il a adopté l’article 22 ait été transgressée au fil des ans ? Comment peut-on expliquer l’absence d’une politique claire en matière de protection des milieux humides et l’absence de lignes directrices pour l’application de l’article 22 plus de 10 ans après son adoption ? Improvisation, cas par cas, absence de vision caractérisent l’action des organisations sensées protéger ce capital naturel des citoyens du Québec.

Si certains intervenants se sont perdus dans cette désorganisation, comment ne pas songer que d'autres aient pu bénéficier directement ou indirectement de ces laisser-faire généralisés, de ces nombreuses décisions plus que douteuses qui ont conduit à des pertes majeures sur le plan environnemental? Seule une commission d’enquête publique aurait l’indépendance d’esprit nécessaire pour faire une analyse objective de la situation, identifier les raisons qui ont mené à ce désastre et proposer des solutions durables. Afin de ne pas alourdir davantage le bilan des pertes déjà encourues, le Front Vert exige qu’un moratoire sur tout développement en milieux naturels dans le sud du Québec soit immédiatement décrété et ce, jusqu’à ce que le commissaire ait rendu son verdict et qu’un plan de conservation cohérent soit adopté. Un tel moratoire est d’ailleurs devenu incontournable avec les intentions annoncées du ministre Mulcair de protéger TOUS les milieux humides résiduels.

La vision myope du développement qui prévaut actuellement met sérieusement en péril l’héritage naturel que nous avons la responsabilité collective de léguer aux générations futures, une responsabilité qui vous incombe également à titre de premier ministre. En conséquence, nous sommes persuadés que vous accorderez à notre requête toute l’attention qu’elle mérite. Recevez, Monsieur le Premier Ministre, nos meilleures salutations.

Le Front Vert
frontvert@sympatico.ca
Pour informations :
Tommy Montpetit
450-670-7835
tommy_montpetit@yahoo.ca
David Fletcher
514-683-7864
davidfletcher@securenet.net
c.c. Thomas J. Mulcair, ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs
Pierre Corbeil, ministre des Ressources naturelles et de la Faune
Yves Bolduc, Protecteur du citoyen
Renaud Lachance, Vérificateur général du Québec

Le Front Vert est un mouvement citoyen qui compte plus d’une vingtaine d’associations et groupes environnementaux : Sauvons nos boisés et milieux humides, Projet Rescousse, Coalition Verte, Nature-Action Boucherville, Fondation Rivières, Le Comité pour un environnement sain à Dollard-Des-Ormeaux/ Roxboro, Le Centre d'Information sur l'Environnement de Longueuil, Enviro Mille-Iles, Comité de citoyens de Deux-Montagnes, La corporationpour la mise en valeur du Bois de l'Équerre (Laval), Patrimoine bâti et naturel de Verdun, Les amis de la rivière Saint-Jacques, Coalition des amis de la forêt du Grand Côteau, Le Comité Protection Patrimoine-Île des Soeurs, Le Regroupement pour la protection des espaces verts Saint-Lambert, Association pour la protection du Bois Angel, Comité environnementale de Beaconsfield, Le regroupement des citoyens de Saraguay, Approche-Nature Montréal, Association des citoyens perrotdamois, Fondation Fauna et Réserve Naturelle du Ruisseau-Robert, Le Nichoir, Projet Montréal, Héritage Laurentien…




4.

From: "Kiki Paquet" cuette@hotmail.com>
Subject: Information ou désinformation?
Date: 07 Jun 2005

Chers amis de partout,

Je suis en train de lire le livre "Information ou désinformation? La manipulation médiatique et politique en matière de santé" et je ne puis m'empêcher de vous en envoyer dès maintenant la préface écrite par Corinne Lepage, l'ancien ministre aujourd'hui présidente de CAP21. Je connais déjà bien le sujet de ce livre, mais bon nombre d'entre vous n'êtes pas familiers avec ce domaine des plus tabous de la manipulation de l'information médicale. Or cette ignorance est une des plus dangereuses, car à cause d'elle nous nous gavons de véritables "poisons" tout en nous imaginant être en train de nous soigner.

Lisez tous ce livre extrêmement honnête et courageux, diffusez partout cette info, pour en finir une fois pour toutes avec le mensonge dont on entoure le domaine médical depuis trop longtemps.

Bonne lecture,
votre amie,
kiki

Information ou désinformation?
La manipulation médiatique et politique en matière de santé
de Sylvie Simon
Editions Guy Trédaniel
ISBN 2-84445-558-1

CLIP

A propos du livre:

A notre époque où l'information abonde, jamais le citoyen n'a été aussi désinformé et manipulé par les médias. Nombre d'ouvrages dénoncent les mensonges politiques et économiques, mais bien peu traitent de la désinformation médicale ou scientifique, car ces sujets sont tabous.

Sylvie Simon révèle ici des vérités que s'évertuent à nous cacher les multinationales qui gèrent la planète mais sont incapables de prévoir comment et pourquoi leurs brillantes inventions actuelles deviendront les prochains scandales. En effet, la simple logique leur échappe, occultée par les impératifs économiques qui transforment la science en source de profits.

Cet ouvrage compare les propos officiels avec les risques que nous font encourir les industriels, fabricants de médicaments, pesticides, herbicides, poisons contaminants, OGM, et la persistance méprisante de leur mainmise sur l'économie et la politique de santé. Il dévoile les tracas que subissent ceux qui essaient de les dénoncer et démontre que nous devrions développer la désobéissance civile, en refusant de reconnaître aux Pouvoirs publics le droit de nous imposer ce qu'ils estiment être bon pour nous au nom de la solidarité. La désobéissance aux ordres est une arme efficace que n'apprécient ni les laboratoires ni les gouvernements qui les cautionnent.



On peut s'abonner directement à la liste d'envoi franaise en envoyant simplement un courriel en blanc au reseauarcencieldelaterre-subscribe@lists.riseup.net ˆ partir de l'adresse de courriel que vous dŽsirez abonner.



RETOUR Ė LA PAGE D'ACCUEIL DE CE SITE